Conseil constitutionnel: Trois nouveaux membres ont prêté serment pour neuf ans

Le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a présidé la cérémonie solennelle de prestation de serment et d’installation de Moctar Tall, Véronique Bayili/Bamouni et Sophie Sow/So, trois nouveaux membres du Conseil constitutionnel, le vendredi 8 janvier 2021, à Ouagadougou.

Après avoir été nommés, trois nouveaux membres du Conseil constitutionnel ont été installés, le vendredi 8 janvier 2021, à Ouagadougou, dans leurs fonctions pour un mandat de neuf ans, à la suite de leur prestation de serment. Il s’agit de Moctar Tall, « spécialiste » de Droit public, né le 29 mars 1956, Véronique Bayili/Bamouni, magistrate de grade exceptionnel, née le 31 décembre 1956 et Sophie Sow/So, diplomate, née le 13 octobre 1953. Moctar Tall a été nommé par le président du Faso dont il était jusque-là son Conseiller spécial chargé des affaires juridiques et institutionnelles. Enseignant à la retraite, il a été, entre autres, directeur général de l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM) de 2001 à 2012. Véronique Bayili/Bamouni a été proposée à cette nomination par le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, René Béssolé Bagoro. Elle siégeait déjà au Conseil constitutionnel en achèvement du mandat de Bamitié Michel Karama, décédé le 12 mai 2019. Pour Sophie Sow/So, nommée par le Président de l’Assemblée nationale (PAN), Alassane Bala Sakandé, elle a occupé plusieurs hautes fonctions dont celle d’ambassadrice du Burkina Paso auprès de nombreux pays (Italie, Allemagne, Autriche, Suisse, Mali, Guinée, Sénégal, Mauritanie, Egypte, Liban, Jordanie, Israël, Soudan et Syrie). La cérémonie solennelle de prestation de serment et d’installation de ces « sages » du Conseil constitutionnel présidée par le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a requis la présence du PAN, conformément aux textes et mérité celle du Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré.

« Bien et fidèlement remplir sa fonction »

« Je jure de bien et fidèlement remplir mes fonctions, de les exercer en toute impartialité dans le respect de la Constitution, de garder le secret des délibérations et des votes, de ne prendre aucune position publique et de ne faire aucune consultation sur des questions relevant des compétences du Conseil constitutionnel ». Ainsi, c’est cette formule que les trois nouveaux promus ont prononcée et qui leur a valu le renvoi à leurs fonctions par le chef de l’Etat, garant de l’indépendance de la justice. Pour le président du Conseil constitutionnel, Kassoum Kambou, le serment qu’ils ont prêté les interpelle profondément et individuellement sur la portée et la délicatesse de la charge qui est désormais la leur. « En prêtant serment, vous prenez, envers le peuple burkinabè et vous-mêmes, l’engagement le plus fort qui soit de demeurer à chaque instant fidèles à la mission qui vous a été confiée et de respecter les obligations qui en découlent », a-t-il rappelé à ses collaborateurs. La présente cérémonie solennelle permet aux nouveaux membres du Conseil constitutionnel d’être connus des autorités, des acteurs politiques, de la société civile et de l’ensemble des citoyens burkinabè, a indiqué Kassoum Kambou. Le président du Conseil constitutionnel les a, par ailleurs, félicités et s’est dit convaincu qu’ils seront à la hauteur de la mission à eux assignée. Le Conseil constitutionnel est chargé de contrôler la constitutionnalité, de réguler le fonctionnement des institutions et de l’activité des pouvoirs publics. Il doit également veiller au contrôle des partis politiques, de la régularité des opérations référendaires et de révision de la Constitution, des élections présidentielle, législatives et de la prestation de serment du président du Faso.

Boukary BONKOUNGOU
Antoinette KABRE
(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.