Gouvernement Dabiré II : Des habitants des Hauts-Bassins se prononcent

Quatre jours après sa reconduction, le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a formé le premier gouvernement du deuxième mandat du président Roch Marc Christian Kaboré, le dimanche 10 janvier 2021. Des citoyens de la région des Hauts-Bassins se prononcent sur cette équipe chargée de conduire les affaires gouvernementales.

Cantin Nana, animateur de projets à Orodara : laissons-les faire leurs preuves avant de nous prononcer.
« Je viens de voir le nouveau gouvernement. C’est une bonne équipe, mais pour l’instant l’on ne peut pas trop se prononcer au regard de la situation sociopolitique de notre pays. Je pense qu’on doit les laisser s’installer d’abord, et dans les mois à venir on pourra apprécier leur travail ».

Célestin Compaoré, éducateur social à Orodara : c’est un remaniement.
« A mon sens, c’est un remaniement plutôt que de parler d’un nouveau gouvernement. Pour l’heure, l’on ne peut rien dire si ce n’est leur souhaiter bon vent dans leurs missions. Il faut qu’ils prennent en compte les préoccupations des populations ».

Yacouba Traoré, ouvrier à la société nationale d’électricité à Orodara : Bon vent à cette nouvelle équipe« Je félicite le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré pour la formation de cette nouvelle équipe gouvernementale surtout avec l’entrée du Chef de file de l’opposition, Zéphirin Diabré comme ministre de la Réconciliation nationale et de la cohésion sociale. Bon vent à eux.

Charles Palenfo, commerçant à Bobo-Dioulasso : prendre en compte les attentes de la population ».
« Je félicite le nouveau gouvernement. Je pense que s’il y a eu un peu de réaménagement du gouvernement c’est que c’était vraiment nécessaire. Je pense qu’on a su mettre les hommes qu’il faut à la place qu’il faut. Je souhaite le changement pour mon pays le Burkina Faso. J’aimerais que ce nouveau gouvernement puisse prendre l’initiative de travailler avec la population afin de répondre à ses attentes. J’aurais aimé aussi que ceux qu’on a nommés nouvellement puissent bien faire leur travail. En tant que citoyens de ce pays notre préoccupation c’est la santé, le problème de l’eau et de l’électricité ainsi que l’éducation de nos enfants. Je demande aussi au nouveau gouvernement de faire tout son possible pour trouver la solution contre la maladie à coronavirus. A l’endroit de la population, je lui demande de continuer à respecter les mesures-barrières contre cette pandémie et à aider le gouvernement pour qu’ensemble nous puissions réussir le vrai changement. »

Adama Ba, polestaire à Bobo-Dioulasso : baisser les impôts, résoudre le problème d’infrastructures ainsi que la question sécuritaire
« Mon avis sur ce nouveau gouvernement, c’est qu’il puisse bien faire le travail pour lequel il est là. Le vrai changement commence par soi-même. Et pour qu’il y ait changement dans le pays, il faut que la population se donne la main et travailler ensemble pour le développement. Je pense que c’est de cette façon que l’on pourra aider le nouveau gouvernement à bien travailler. Je souhaite que le gouvernement baisse le prix des impôts, régler le problème d’infrastructures ainsi que le problème de l’insécurité au Burkina Faso. Je souhaite également que les nouveaux ministres puissent se rapprocher un peu plus de la population afin de connaître réellement leurs attentes et trouver des solutions pour y remédier».

Ablassé Tiendreobeogo, commerçant à Bobo-Dioulasso : les choses pourront bouger avec ce gouvernement
« Le Président du Faso, Roch March Christian Kaboré, avait insisté sur la réconciliation nationale au moment de la campagne pour les élections présidentielle et législatives. Nous voyons que cette promesse de réconcilier les Burkinabè est en train de se concrétiser. Nous pensons qu’avec les nouveaux ministres, les choses pourront bouger davantage. Nous souhaitons que ce mandat soit celui de la paix, du succès avec moins de difficultés. Nous souhaitons que le ministère du Commerce cherche des voies et moyens pour accompagner les commerçants et les opérateurs économiques, surtout les plus jeunes afin de les aider à grandir. Nous prions que la nouvelle année soit une année de succès et de paix au Burkina ».

Korotimi Barro/Sery, secrétaire :
« j’aurai souhaité qu’on reconduise le ministre de la Communication Rémis Dandjinou »Je pense que le nouveau gouvernement est bon. Mais j’aurai souhaité qu’on reconduise le ministre de la Communication Rémis Dandjinou.

Lamine Passoulé, agent communal à Bobo-Dioulasso :« Je pense que nous avons un bon gouvernement. Il prend en compte beaucoup de sensibilités. Je loue le fait que le dialogue et la réconciliation nationale soient mis en avant. On espère que les nouveaux ministres ne vont pas décevoir le peuple burkinabè ».

Hamidou Baguian, agent communal à Bobo-Dioulasso :
« En tant que patriote et citoyen, on était impatient de connaître le nouveau Premier ministre. On s’attendait à un nouveau chef de gouvernement et nous avons été surpris de la reconduction de Christophe Dabiré. Mais à l’annonce du nouveau gouvernement et avec l’intégration de Zéphirin Diabré comme ministre d’Etat, ministre de la Réconciliation nationale, je pense que le gouvernement est le bienvenu. L’espoir est permis. Maintenant au travail pour qu’un développement durable puisse être soutenu au Burkina avec le rassemblement de toutes les forces possibles ».

Jean Bosco Bakyono, professeur au lycée provincial de Houndé : relance de l’économie nationale
“Il faut que ce gouvernement arrive à relancer l’économie nationale, à résoudre la question de la fronde sociale et qu’il trouve une solution définitive à la question sécuritaire. La question sécuritaire passe par la réconciliation et pour cela, on apprécie la création d’un ministère en charge de la réconciliation. On peut se demander si ce ministère va faire mieux que les institutions qui étaient chargées de la réconciliation telles que le HCRUN. Mais d’ores et déjà, on se rend compte que c’est un problème que le gouvernement tient à prendre à-bras-le-corps. Zéphirin Diabré comme ministre de la Réconciliation, on espère que les lignes vont vraiment bouger. Ce qu’on peut aussi retenir c’est la reconduction de certains anciens ministres qui étaient décriés par une partie de la population. Sur ce point, je félicite le président Roch parce qu’il est hors de question que dans un pays ce soit par des mouvements d’humeur qu’on choisisse les ministres.”

Daouda Ramda, professeur au Lycée départemental de Boni : « de nombreuses attentes ».
“On constate des départs et des arrivées dans le nouveau gouvernement. La surprise est la nomination de Zéphirin Diabré comme ministre de la Réconciliation. Les attentes pour ce gouvernement sont nombreuses. La première est celle de la sécurité. Aussi, il y a des attentes au niveau de la santé. Le nouveau ministre doit apporter un plus à l’œuvre de son prédécesseur. Également, les défis sont énormes au niveau de l’éducation car il y a beaucoup de points d’insatisfaction dans le monde éducatif. Les autres chantiers ne sont pas à négliger. Les ministres doivent travailler à être proches des populations et montrer toujours le bon exemple. Au niveau de la réconciliation, je pense que le ministre Zéphirin Diabré est bien placé pour conduire la réconciliation nationale”.

Soumaïla Malo, élève en classe de Tle A au lycée de Boni : travailler à la réconciliation nationale« Je pense que le gouvernement doit d’abord travailler à faire la réconciliation nationale. Pour cela, la nomination de Zéphirin Diabré, l’ancien Chef de file de l’opposition comme ministre en charge de la réconciliation est une bonne chose. Le nouveau gouvernement doit aussi travailler à résoudre les problèmes de la sécurité et de la santé avec la COVID- 19”

La rédaction Bobo-Dioulasso

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.