Services transférés dans le Ganzourgou: les responsables de l’éducation et de la santé face aux CVD de Zorgho

Le Cadre unitaire d’action (CUA) de Zorgho a organisé le 12 janvier 2021, un cadre de dialogue sur les services transférés de l’éducation et de la santé de la commune de Zorgho

En vue d’instaurer une culture de la transparence dans la gestion des services transférés et d’asseoir une confiance entre populations et ces services, le Cadre unitaire d’action (CUA) de Zorgho, créé par le Groupe d’études et de recherche sur la démocratie et le développement économique et social du Burkina (GERDDES-Burkina) dans le cadre du programme présimètre, a initié un cadre
de dialogue avec les
responsables des services transférés.
Selon Ousmane Kaboré, président du CUA de Zorgho, ce cadre de dialogue, troisième du genre, permet aux populations de connaître les services transférés et de proposer des actions pour améliorer leurs fonctionnements. D’après lui, il permet spécifiquement de s’assurer de l’effectivité des ressources transférées, de dégager les obstacles à la bonne marche des services, de s’assurer de la mise en œuvre des engagements et recommandations issus du cadre de dialogue précédent, de faire de nouvelles recommandations et de prendre de nouveaux engagements.
L’ouverture de la rencontre a été l’occasion pour le maire, Toukoumnogo Kaboré, de saluer le dynamisme du CUA de Zorgho. A l’en croire, le CUA accompagne la mairie à travers un suivi régulier des activités et des interpellations. Il l’a remercié et a invité les CVD à jouer le rôle de relais pour que toute les populations comprennent que leurs contributions à travers le paiement des taxes est indispensable au bon fonctionnement de la mairie.
L’un après l’autre, M. Mahamoudou Bikienga, Directeur provincial de l’éducation préscolaire, primaire et non formelle du Ganzourgou, M. Inoussa Compaoré, représentant le Directeur provincial des enseignements postprimaire et secondaire du Ganzourgou et M. Justin Konkobo, Infirmier chef de poste du CSPS urbain de Zorgho ont communiqué sur le fonctionnement de leurs services respectifs dans la commune de Zorgho.
L’on retient que dans le domaine de l’éducation primaire, la commune compte deux circonscriptions d’éducation de base, 9 structures préscolaires, 76 écoles primaires soit 367 classes avec 16 168 élèves tenus par 405 enseignants. Les ressources transférées à la mairie permettent chaque année d’acquérir le cartable minimum au profit de tous les élèves, des vivres pour la cantine scolaire, quelquefois de réaliser ou de réfectionner
et d’équiper des salles de classe. Au postprimaire, la commune compte 13 établissements publics et 10 établissements privés avec un effectif total de 7 244 élèves dont 13 déplacés pour cause d’insécurité.
Les difficultés relevées dans le domaine de l’éducation sont, entre autres, les classes sous paillote (9 classes au primaire), plusieurs écoles à réfectionner, les retards dans la livraison des fournitures et des vivres, l’insuffisance des vivres dotés, le dysfonctionnement de certains APE, AME et COGES, le manque de forages dans plusieurs établissements postprimaires, l’insuffisance de professeurs, l’insuffisance de manuels dans les bibliothèques.
M. Mahamoudou Bikienga a alors recomandé à la mairie de prendre les mesures nécessaires pour la dotation à bonne date des écoles en vivres et en fournitures et de veiller à la qualité des matériaux. Tout en invitant les populations à s’investir dans la gestion des écoles, il a pris l’engagement de veiller à une gestion rationnelle du matériel mis à la disposition des structures éducatives.
Dans le domaine de la santé, selon M. Justin Konkobo, la commune compte 9 formations sanitaires et dispose d’une ambulance. Dans le cadre du transfert, elles bénéficient de dotation en gaz, en matériels médicotechniques et en motos. Les difficultés sont, entre autres, l’insuffisance du personnel soignant, l’insuffisance du matériel médicotechnique et la rupture de stocks de médicaments dûes à la gratuité des soins. M. Justin Konkobo a demandé l’implication des populations dans l’hygiène des CSPS.
Les participants ont dit leur joie de prendre part à cette rencontre. Leurs préoccupations ont porté sur l’absence de forage dans certaines écoles, la qualité de certaines infrastructures scolaires réalisées, le besoin de collèges dans certaines localités et la disponibilité du personnel soignant dans les CSPS. Ils ont eu des réponses à toutes leurs questions et se sont engagés à être des relais auprès des populations afin que toutes comprennent le fonctionnement de la mairie et des services transférés. Ils se sont également engagés à entretenir des champs scolaires et à collecter des vivres pour accompagner les écoles, à redynamiser les services d’hygiène des CSPS et à mener des sensibilisations pour l’implication des populations dans les activités de l’éducation et de la santé.

Moïse
SAMANDOULGOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.