Présidence Biden : une nouvelle place pour l’Afrique

Joe Biden a été investi, hier mercredi 20 janvier, comme le 46e président des Etats-Unis d’Amérique. L’élection de Joe Biden a suscité moins de réactions positives en Afrique que lorsque Barack Obama arrivait à la Maison Blanche. Même si pour l’instant, la politique étrangère de la future administration de Biden n’est pas encore définie, l’Afrique peut se fier aux signaux positifs que le nouveau président des USA envoie pour un rapprochement avec le continent africain.

En effet, il compte instaurer un « respect mutuel » envers l’Afrique et montrer son «engagement » sur les questions de démocratie, de sécurité et d’économie. C’est dire qu’il compte se démarquer de son prédécesseur, Donald Trump, qui ne s’est jamais rendu en Afrique et qui a même qualifié les Etats africains de « pays de merde ». Ainsi, Joe Biden assure vouloir restaurer les liens diplomatiques avec l’Union africaine et les gouvernements africains. Il promet de maintenir le programme YALI (Young African leaders) qui fait la promotion des jeunes leaders africains et d’organiser un sommet de chefs d’Etat africains, comme l’avait déjà fait Barack Obama en 2014.

Encore plus important, les partenaires africains attendent la reconduction de l’AGOA, ce programme d’échanges commercial qui permet aux pays africains d’exporter des produits vers les Etats-Unis sans être taxés.
Le grand enjeu, pour le Sahel demeure surtout la présence militaire américaine dans cette partie de l’Afrique, alors que Joe Biden n’a donné aucune indication sur ses intentions. Naturellement, la politique migratoire de cette nouvelle administration est très attendue. Heureusement que le nouveau locataire de la Maison Blanche entend mettre fin à la « politique inhumaine en matière d’immigration » menée par Donald Trump, promettant notamment d’annuler le « Travel ban », les restrictions de voyages qui touchent les citoyens nigérians, soudanais et somaliens.

Le programme de Joe Biden s’inscrivant dans la continuité des relations construites par Barack Obama, l’Afrique peut donc espérer une nette rupture avec le désintérêt total manifesté à son égard par le 45e président du pays de l’Oncle Sam. Dans sa vision africaine consignée dans un document de campagne, Biden se soucie en particulier de la jeunesse africaine à travers la revitalisation du programme Yali.

Cette lueur d’espoir est encore plus confortée par une administration qui fait une place plus importante à la diversité. Ainsi, si la numéro 2 du pouvoir, Kamala Harris, est d’origine jamaïcaine, l’administration Biden comptera dans ses rangs des personnalités d’origine africaine. Le premier, Wally Adeyemo (39 ans), natif du Nigeria, a grandi en Californie du Sud. Principal conseiller économique de Barack Obama, il sera le futur secrétaire adjoint au Trésor, une première pour un Afro-Américain à une aussi haute fonction au sein de ce ministère régalien. Le second est Osaremen Okolo (26 ans), qui sera conseillère dans l’équipe de riposte à la COVID-19.

A ceux-là, il faut ajouter Linas Thomas Greenfield, une ancienne sous-secrétaire d’Etat pour l’Afrique qui fut aussi en poste dans plusieurs capitales africaines et qui devient ambassadrice à l’ONU. On peut donc s’attendre à ce qu’elle redonne un nouvel élan aux opérations humanitaires et de maintien de la paix, d’autant que Donald Trump, vu sa méfiance vis-à-vis de l’ONU, a cherché à maintes reprises à couper ses budgets.

Samantha Power est l’autre figure importante de l’administration Biden pour l’Afrique. Cette ex-ambassadrice à l’ONU pilotera l’agence chargée de l’aide au développement (USAID) dont le rôle sera renforcé, alors que Trump avait réduit l’aide américaine, estimant que l’argent du contribuable doit servir d’abord aux Américains.
A défaut de bénéficier d’une grande largesse des USA, l’Afrique pourrait au moins occuper à nouveau la place que lui avait donnée Barack Obama.

Jean-Marie TOE


 

Les félicitations du président du Faso

Investi 46e président des Etats-Unis d’Amérique, hier mercredi 20 janvier 2021, Joe Biden a été félicité par le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. « Toutes mes félicitations au président Joe Biden, investi 46e président des États-Unis d’Amérique. J’exprime toute ma disponibilité à œuvrer avec le nouveau président et son administration, au renforcement des relations d’amitié et de coopération entre nos deux pays. Tous mes vœux de succès pour ce mandat », a écrit le chef de l’Etat.

JMT

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.