Techniques culturales: des producteurs de Boulsa s’inspirent de l’expérience du Larlé Naaba

Une délégation de producteurs de la ville de Boulsa de la province du Namentenga, conduite par le pasteur Isaïe Sawadogo, a découvert les richesses de la ferme Burkina Sompagnimdi des origines du Larlé Naaba Tigré, le mercredi 3 février 2021.

La ferme agro-sylvo-pastorale du Larlé Naaba Tigré continue de faire école. Le mercredi 3 février 2021, une délégation de ressortissants de Boulsa, tous des producteurs, ont visité les exploitations du coutumier, situé à Dapélogo au nord-est de Ouagadougou.
Sur les terres emblavées de l’agrobusinesman, les visiteurs ont affirmé avoir touché du doigt plusieurs spéculations. En effet, en cette période de contre-saison, on y trouve des superficies de piment, de tomate, d’oignon etc. A côté de ces cultures potagères, on a l’agroforesterie avec des champs de tangelot, de moringa, de bananeraie etc. La pisciculture, l’aviculture, l’élevage des bovins ainsi que la culture sous serre ont également séduit les producteurs de Boulsa. Pour le responsable de la délégation, le pasteur Isaie Sawadogo, il s’agit d’un groupe de pasteurs, tous engagés dans l’agriculture. Ils disent solliciter les conseils et une formation adéquate de la part du chef. « Nous avons été surpris par le travail effectué par le Larlé Naaba dans sa ferme à Dapélogo. C’est un site où l’on trouve du tout. En réalité, cette ferme est l’expression du bonheur de l’homme sur terre », a dit l’homme de Dieu.
Selon le Larlé Naaba Tigré, le savoir est fait pour être partagé.
Ainsi les techniques agricoles dont il dispose, il les partage avec les producteurs qui le désirent. « Ce soir, j’ai reçu une trentaine de producteurs venus de Boulsa pour s’inspirer de mes pratiques et techniques agricoles. Dans ma logique de promouvoir le secteur primaire afin de vaincre la famine, je ne peux que partager mes connaissances avec eux », a indiqué le coutumier. Séduit par la capacité de résilience du chef, le jeune Alassane Kormodo souhaite s’engager à la hauteur de ses moyens afin de bénéficier des retombées de la terre. Pour cela, les visiteurs ont sollicité du Larlé Naaba une formation afin de maîtriser les techniques agricoles modernes. « Je repars au village enrichi de connaissances agricoles et je compte produire des tomates et des oignons, une fois de retour chez moi », a fait savoir le jeune Kormodo.

Wanlé Gérard COULIBALY

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.