Assemblée nationale : les membres du bureau élus

Les députés de l’Assemblée nationale (AN) ont, au cours d’une séance plénière, le mardi 9 février 2021, élu les membres de leur bureau. A l’occasion, les différentes commissions générales ont également été mises en place.

Le premier bureau de l’Assemblée nationale (AN) pour le compte de la VIIIe législature est désormais connu. Composé de six vice-présidents, de dix secrétaires parlementaires et de deux questeurs, il a été élu au bulletin secret au cours d’une séance plénière, le mardi 9 février 2021. Aux postes de vice-présidents et par ordre alphabétique, ce sont les députés Nestor Batio Bassière (UNIR/PS), Désirée Marie Chantal Boni (MPP), Abdoulaye Mossé (MPP), Dramane Nignan (NTD), Boubacar Sannou (CDP) et Alfred Zinakou Zanzé (UPC) qui ont été élus pour un mandat d’un an. La fonction de secrétaire parlementaire sera quant à elle assurée par Alpha Ousmane, Barthélémy Diarra, Nafissatou Ouédraogo, Halhassane Sinaré, Adama Sanou, Maïmouna Sawadogo, Blaise Dala, Claudine Ouédraogo, Issouf Nikièma et Lansina Gondé. Le nouveau bureau de l’AN est également composé de deux questeurs que sont Elisée Antoine Zong-naba et Issa Barry.

Ce bureau étant chargé d’appuyer le président de l’AN dans ses missions, Alassane Bala Sakandé, les a invités à donner le meilleur d’eux-mêmes pour la bonne marche de l’institution parlementaire. Il les a par ailleurs exhortés à faire preuve d’assiduité dans l’accomplissement de leurs tâches afin de mériter la confiance placée en eux par leurs groupes parlementaires et par l’ensemble des députés. Une exhortation que la député Désirée Marie Chantal Boni, élue au poste de vice-président, entend prendre en compte dans sa nouvelle mission. Elue avec 123 voix pour, 1 contre et 2 abstentions, elle a promis d’œuvrer avec responsabilité au rayonnement de l’institution parlementaire. « C’est une belle surprise pour moi d’avoir été élue ce matin et je travaillerai dans la mesure de mes possibilités à soutenir le PAN dans ses différentes missions », s’est-elle engagée. Le même engagement a été pris par le député Nestor Batio Bassière qui a également promis d’œuvrer aux côtés du PAN à l’atteinte des objectifs de l’institution.

Les huit commissions générales mises en place

Précédemment ministre en charge de l’environnement, il a dit mesurer l’ampleur de sa nouvelle mission en tant qu’élu national. « Je viens de l’exécutif pour me retrouver à l’AN où je suis chargé désormais de contrôler l’action gouvernementale. C’est vrai que ce n’est pas évident pour moi de faire le distinguo entre l’exécutif et le législatif mais j’ai le devoir, même si ce sont des anciens collègues qui seront en face de moi, d’assumer mon rôle en tant que parlementaire », a-t-il déclaré. Il a par ailleurs salué le fait qu’il n’y ait plus de classement de vice-présidents, car cela va permettre au PAN d’être à l’aise dans l’exécution de sa mission quand on sait que le vice-président exécute les orientations du président. « C’est une délégation de pouvoir et je pense que chaque vice-président aura sa feuille de route », a-t-il indiqué.

La séance plénière du mardi 9 février a également servi de cadre pour la mise en place des huit commissions générales de l’AN que sont la commission des Affaires générales institutionnelles et des droits humains ; celle de l’Environnement et du Développement durable ; celle des Finances et du Budget ; celle de la Jeunesse, de l’Education, de l’Emploi et de la Culture ; celle de l’Action sociale et de la Santé ; celle de la Défense et de la Sécurité, celle des Affaires étrangères et des Burkinabè de l’extérieur et enfin celle de l’Evaluation des politiques publiques et du suivi des recommandations. Chaque commission comprend un président, des vice-présidents, des secrétaires et des membres à l’exception de la commission en charge des finances qui compte en plus un rapporteur général. Tout en indiquant que l’appartenance à une commission générale est obligatoire pour l’ensemble des députés à l’exception du PAN, Alassane Bala Sakandé qui a invité les élus nationaux à participer « ardemment » aux travaux de leurs commissions. « Le travail de député ne se limite pas seulement aux plénières. Tout commence par la commission et tout se fait à ce niveau », a-t-il déclaré. Le PAN a par ailleurs prévenu que des dispositions seront prises pour les députés qui viendraient à faire
« l’école buissonnière ».

Nadège YAMEOGO
Lati Fatou TARBANGDO
(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.