Facturation bimestrielle de l’ONEA : Environ 70 plaintes enregistrées à l’agence de Gounghin

Le dispositif de règlement des litiges de la Nationale des eaux s’active à résorber les problèmes des plaignants.

Les responsables de l’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA) et ceux de la Ligue des consommateurs du Burkina (LCB) mènent une campagne de communication sur la facturation bimestrielle et le lot de désagréments qu’elle engendre. L’agence de Gounghin a enregistré, au troisième jour de cette campagne, environ 70 plaintes.

Oumarou Zampaligré est furieux. Assis sur un banc à l’agence ONEA de Gounghin, il est remonté contre les facturations bimestrielles. Il se plaint d’avoir reçu une facture « salée », la jugeant non conforme à sa consommation normale. « J’avais l’habitude de recevoir une facture à 2 000 FCFA par mois. A ma grande surprise, je reçois 4 factures d’un montant cumulé de 48 000 FCFA, soit 12 000 F CFA par mois », conteste-t-il. Il explique que durant les trois dernières années, sa consommation mensuelle n’a jamais dépassé 3 500 F CFA. Après sa rencontre avec les agents de l’ONEA, sa tension ne cesse de monter d’un cran. « Qu’ils viennent arracher leur compteur, je ne paierai pas cette somme », s’énerve M. Zampaligré. Les désagréments causés par la facturation bimestrielle suscitent à la fois colère et indignation chez les consommateurs.

Pour juguler le phénomène, les responsables de l’ONEA en collaboration avec la Ligue des consommateurs du Burkina (LCB) ont initié une campagne de communication au cours de laquelle, ils reçoivent et traitent les plaintes. L’agence de Gounghin a déjà enregistré 70 plaintes à quelques heures de la clôture de l’opération dans ladite agence. Issouf Dissa se perd lui aussi dans les dédales de la facturation bimestrielle. En désespoir de cause, il finit par s’accommoder à ces factures « salées ». « On va faire comment, on est obligé de payer», se résigne-t-il, la mine froissée. A l’en croire, la facturation actuelle ne correspond pas à la consommation réelle du client. « J’ai coutume de payer entre 6000 et 9000 FCFA. Maintenant, ils m’ont envoyé une facture de 14500 FCFA que je viens de payer.

La deuxième facture dont le montant s’élève à 13145 FCFA sera réglée ultérieurement », note-t-il. Pour lui, si la plupart des consommateurs éprouvaient des difficultés à régler une seule facture avant l’échéance, qu’adviendra-t-il désormais avec les doubles factures ? Cette question, nombreux sont les clients de l’ONEA qui se la posent. A l’occasion de cette campagne de communication, certains sortent toujours insatisfaits. C’est le cas chez Oumarou Zampaligré. « Ils ont dit qu’il se pourrait que quelqu’un d’autre utilise le compteur à mon insu », rapporte-t-il. De tels arguments ne sauraient le convaincre, vu que chacun dispose de son propre compteur dans la cour commune. « Ils m’ont proposé de m’attacher les services d’un plombier pour voir mon compteur », ajoute-t-il.

Mieux comprendre le fonctionnement du système

Le président de la LCB, Dasmané Traoré, encourage
les plaignants à se rendre dans les agences de l’ONEA
pour chercher des solutions à leurs problèmes.

A côté de la facturation bimestrielle qui crée des frustrations chez les clients de l’ONEA, il y a d’autres situations comme, la non-délivrance de factures à leur endroit. « Il y a des consommateurs qui se disent que tant qu’ils ne reçoivent pas de factures, ils ne sont pas obligés d’aller payer », relève le président de la LCB, Dasmané Traoré.
Le cas des releveurs qui, même sans avoir eu accès à des cours, s’échinent à calculer le montant de la consommation du client, a été évoqué. Par quelle alchimie procèdent-ils? En tout cas, la question a été soulevée par la LCB et reste posée. « Si la porte est fermée, comment ils font pour trouver l’index ? », s’interroge Dasmané Traoré. Aussi, il souligne des erreurs au niveau des index, cette fois-ci imputables aux agents releveurs qui ne passent pas à temps.

Pour lui, il était de bon aloi que la LCB et l’ONEA se retrouvent pour trouver des solutions aux préoccupations des consommateurs. Cette action a permis à des consommateurs de résoudre leurs problèmes certes, mais en plus, précise M. Traoré, de mieux comprendre le fonctionnement du système. Répondant à ceux qui plaident pour l’arrêt immédiat des facturations bimestrielles, il affirme que la LCB entend produire son rapport détaillé à la fin de la campagne. Après cela, la décision incombera aux autorités. Par ailleurs, la LCB signale que toutes les anomalies ne sont pas forcément liées à la facturation bimestrielle. Des fuites d’eau et des arriérés de paiement constatés chez certains consommateurs sont à l’origine des désagréments qu’ils rencontrent. Le conseil que l’ONEA prodigue à ses clients est que ces derniers ferment toutes les sorties d’eau avant de se coucher la nuit tout en prenant le soin de relevé l’index à l’instant T sur le compteur. Si au matin l’index n’a pas changé, cela signifie que leur problème n’a pas un lien avec une fuite d’eau. En visite sur les lieux, le ministre en charge de l’eau, Ousmane Nacro, a touché du doigt le calvaire que vivent certains consommateurs d’eau.

Ouamtinga Michel ILBOUDO
Omichel20@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.