Arrestation de cadres du MPP : « Le parti ne défendra pas quelqu’un qui a trempé les moustaches », Simon Compaoré

La session extraordinaire du Bureau politique national (BPN) du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) s’est tenue, le samedi 13 février 2021, à Ouagadougou. A l’ordre jour, l’examen du rapport de la campagne électorale pour les présidentielle et législatives du 22 novembre 2020.

Après sa victoire aux élections présidentielle et législatives du 22 novembre 2020, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) passe en revue le déroulement de la campagne. Le bureau politique national (BPN) du parti au pouvoir qui compte plus d’un millier de membres s’est réuni, à cet effet, le samedi 13 février 2021, à Ouagadougou. Au cours de cette première session annuelle du BPN, le président du parti, Simon Compaoré a décliné l’ordre jour et s’est prononcé sur quelques sujets d’actualité. « Dans la tradition de notre parti, à la fin de chaque élection, nous faisons un rapport pour dire comment la campagne s’est menée.

Nous analysons nos résultats, relevons nos insuffisances et acquis. C’est aussi l’occasion pour nous de pointer du doigt les manquements et de prendre les mesures qui s’imposent », a-t-il déclaré. Comme en 2015, a souligné Simon Compaoré, en dépit des appels lancés à l’endroit des camarades sur toute l’étendue du territoire sur le respect de la discipline du parti, des manquements ont été relevés. Au niveau de structures spécifiques, a-t-il précisé, il y a eu des camarades qui n’ont pas fait le jeu en déboîtant pour se présenter sur des listes d’autres partis. « Pour un militant normal, même si vous n’êtes pas sur la liste du parti, vous n’avez pas cette liberté d’aller vous inscrire sur celle d’un autre. Cela conduit à une exclusion de fait. Il y a des gens qui n’ont pas fait la campagne ou qui l’ont battue pour d’autres partis. Ce sont des fautes graves qui ont été documentés et qui vont être discutées », a-t-il confié.

Comme il fallait s’y attendre, le président du MPP s’est exprimé sur les récentes interpellations par la justice des maires de l’arrondissement 7 de Bobo-Dioulasso, de Pama et du secrétaire général de la sous-section du MPP de l’arrondissement 7 de la capitale économique burkinabè.

Assurer l’intérim des mis en cause

Pour M. Compaoré, le MPP ne défend pas des camarades qui se sont rendus coupables d’actes délictueux. « Nous avons dit à nos élus qu’il y a un code de déontologie qui prescrit ce qui est proscrit et admis. Si quelqu’un faute, il sera responsable de ses propres turpitudes. Le parti ne défendra pas quelqu’un qui a trempé les moustaches… », a-t-il précisé. Toutefois, il a fait remarquer que le parti a cherché à comprendre les raisons de leurs arrestations.

« Dès que cela sera suffisamment clair à notre niveau, les dispositions seront prises. Il y a des camarades qui sont quelquefois des victimes collatérales. Dans de tels cas, nous sommes tenus de prendre des avocats pour les défendre. Mais si c’est quelqu’un qui a expressément posé un acte qu’il sait interdit, il sera seul devant la justice », a détaillé le président du parti du Soleil levant. Il a informé que le parti va envisager l’intérim des mis en cause dans les jours à venir. Le Réseau national de lutte anticorruption a rendu public son rapport sur le déroulement de la campagne électorale. Votre parti a été classé en tête pour avoir fait usage de la corruption. Quel commentaire en faites-vous ? « Nous sommes fiers de notre victoire. Elle a été acquise honnêtement. (…). Notre parti est tout à fait serein. Partout où on va nous appeler, nous allons répondre la tête haute parce que nous n’avons jamais compté sur la fraude et la corruption pour gagner ces élections. Je ne vais pas faire de commentaire outre mesure. Notre victoire a été acquise de haute lutte », a répliqué Simon Compaoré. Bien avant il a réitéré ses félicitations au chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré, pour sa réélection et au président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, pour sa reconduction à la tête du parlement. « Je félicite également notre camarade Christophe Dabiré pour sa nomination comme Premier ministre.

Elle traduit la satisfaction de président du Faso vis-à-vis du travail qu’il a abattu à la tête du gouvernement précédent. Nous saluons aussi nos maires élus députés et qui ont décidé de siéger à l’Assemblée nationale », a relevé M. Simon. Il a rappelé que le MPP a mis en place des groupes de réflexion sur le code électoral, les municipales, le programme quinquennal du chef de l’Etat, la bonne gouvernance et la réconciliation nationale. Le fruit de ces réflexions, a-t-il dit, sera apprécié lors des prochaines réunions du bureau exécutif national. Sur le plan international, Simon Compaoré a soutenu que le MPP a eu des échanges avec la direction du parti communiste chinois où les relations bilatérales entre le Burkina et la Chine et les deux partis ont été abordées. Simon compaoré a invité les participants pour la confection des cartes de membre numérisées qui vont permettre de mieux contrôler les cotisations et les présences aux rencontres.

Karim BADOLO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.