Crise sécuritaire et sanitaire au Burkina: La résilience du secteur privé

Une délégation du bureau consulaire de la Chambre de commerce et d’Industrie du Burkina Faso (CCI-BF) a abordé l’état de la santé du secteur privé au Burkina Faso au cours d’une audience avec le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré. C’était le mardi 16 février 2021 à Ouagadougou.

Le secteur privé burkinabè se porte bien, malgré les contraintes imposées par la pandémie de la maladie à coronavirus. C’est ce qui est ressorti de l’audience de la délégation de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF), avec le chef du gouvernement, Christophe Joseph Marie Dabiré le mardi 16 février 2021. A l’issue de l’entretien, le premier vice-président de la CCI-BF Mamady Sanoh, porte-parole de la délégation, a présenté la situation du secteur privé burkinabè et sa contribution à l’économie nationale. Selon lui, le secteur privé burkinabè se porte bien, malgré la double crise sanitaire et sécuritaire. Parlant de la crise sanitaire, les acteurs du secteur privé ont unanimement salué l’accompagnement du gouvernement dans la résilience des entreprises. Et M. Sanoh de préciser que le secteur privé contribue, à près de 80% dans la formation du produit intérieur brut et emploie plusieurs personnes. Il a aussi fait savoir que plusieurs réalisations ont été faites au cours de l’année écoulée, avec à la clef,
15 000 entreprises créées, pour
175 milliards francs CFA d’investissements privés en 2020 et
1 500 milliards FCFA de contribution aux recettes fiscales. Des chiffres qui indiquent l’importante contribution du secteur privé à la création de richesse et d’emplois.
Toutefois, le climat des affaires n’est pas toujours au beau fixe et les acteurs sont obligés de demander l’accompagnement du gouvernement dans la conduite de leurs affaires.
« Nous devons ces résultats à l’assistance du gouvernement. Ainsi, nous sommes reconnaissants au Président du Faso, à son Premier ministre ainsi qu’à l’ensemble des membres du gouvernement pour les bons rapports. Le secteur privé a besoin de protection, afin de lui permettre de créer des emplois, développer les entreprises et booster le développement », a indiqué le premier vice-président de la CCI-BF.

Wanlé Gérard COULIBALY

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.