CAN U20, Centrafrique – Burkina Faso : 1-3 : Les Etalons presqu’en quart de finale

La bataille de l’entrejeu a été remportée par les Etalons.

Pour leur deuxième sortie à la CAN U20, les Etalons n’ont pas failli. Ils ont disposé hier au stade Chekha-Ould-Boïdiya de Nouakchott des Fauves du Bas-Oubangui de la Centrafrique (1-3) au cours d’une partie qu’ils ont maitrisée.

Les Etalons sont presque situés sur leur sort à la 22e édition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) U20. En disposant des Fauves du Bas-Oubangui lors de leur 2e sortie, les jeunes footballeurs burkinabè des moins de 20 ans, ont trois sabots et demis en quart de finale du tournoi. Avec la victoire 2-0 de la Tunisie, précèdent adversaire du Burkina, devant la Namibie, qui avait tenu en échec la Centrafrique, les Etalons avaient un avantage psychologique sur leur adversaire. Comme pour vite plier l’affaire, ils acculent leurs adversaires. Ils sont maitres du jeu. Et comme l’avait prévenu leur coach en conférence de presse d’avant match, les Etalons déroulent. Souvent, par précipitation, ils ne trouvent pas la cible. Ils ont même failli se faire surprendre à la 14e sur un contre centrafricain. Daouda Belemé avait l’opportunité d’ouvrir le score mais il est surpris par la trajectoire de la balle. Les Etalons multiplient les offensives obligeant les Centrafricains à commettre des fautes. En moins de 10 minutes, l’arbitre leur a brandit deux avertissements.

A partir de ce moment, l’on savait qu’un but dans l’un ou l’autre camp allait ouvrir les vannes. Et contre toute attente, ce sont les Fauves qui trouvent la faille en premiers à la 31e par Isaac NGoma. Joie de courte durée puisqu’avant de regagner les vestiaires pour la pause, Joffrey Bazié, d’un superbe coup franc, rétablit la parité. La possession de balles (72%) est la preuve de la domination territoriale des Burkinabè durant la première partie. Les Etalons démarrent la 2e partie comme ils avaient terminé la première. Dès la 50e mn, Ibrahim Bancé avait le 2e but au bout du sabot. Mais il perd son duel face au portier. Une minute plus tard (51e mn) Eric Chardey reprend une balle dans la surface de réparation au fond des filets. Après ce 2e but, les Etalons reculent.

Ce qui donne confiance aux Centrafricains qui sortent de leur tanière. Les Etalons jouent bas. Moussa Traoré (63e mn) sort le grand jeu pour sauver les meubles. Le match s’anime. Les Etalons laissent passer l’orage et retrouvent leur rythme. Ils passent à côté de l’aggravation du score (aux 68e, 71e et 74e mns). Daouda Belemé, qui entre temps, avait sonné le réveil le prouve en sautant plus haut qu’adversaires et coéquipiers pour inscrire le 3e but de la tête à la 77e mn. Les Etalons gèrent par la suite leur avantage avec toutefois quelques incursions dans le camp adverse.

Jeoffrey Bazié, l’homme du match

Auteur du but égalisateur et d’une bonne prestation, Jeofrrey Bazié a été désigné homme de la rencontre.

Outre cette victoire, les Etalons comptent en leur sein le meilleur joueur de la rencontre. Il s’agit de Jeoffrey Bazié. Il a avoué ne pas être surpris par cette distinction, « car cela faisait partie de mon objectif en montant sur le terrain ». Son entraineur Oscar Barro, lui, a laissé entendre qu’il ne s’attendait pas à une telle opposition de l’équipe centrafricaine au vu de ce qu’elle a laissé voir face à la Namibie. « Malgré tout, nous avons réussi à faire ce qu’on avait prévu » a indiqué coach Barro. Il a fait remarquer que le but égalisateur intervenu juste avant la pause a boosté ses poulains. « Ça nous a permis de revenir de la période d’oxygénation avec une bonne somme de confiance » a-t-il déclaré.

Oscar Barro a apprécié le comportement des deux joueurs de couloirs qui ont fait leur entrée pour ce match. Pour le coach centrafricain Sébastien NGato, le but égalisateur est venu donner un coup de massue à son équipe. « Nous nous sommes fixés un objectif pour ce match qui était tout sauf la défaite. Mais on s’est retrouvé face à une équipe burkinabè bien aguerrie qui était nettement meilleure et a pris logiquement le dessus » a-t-il reconnu. Avec 4 points avant son dernier match dimanche prochain face à la Namibie à 19h TU, le Burkina est presque sûr de terminer au pire des cas comme meilleur troisième des phases de poules, synonyme de qualification pour les quarts de finales.

Yves OUEDRAOGO
Envoyé spécial à Nouakchott


Résultats et classement du groupe B

Tunisie-Namibie 2-0
Centrafrique-Burkina Faso 1-3

1er Burkina Faso 4 pts+2
2e Tunisie 4 pts+2
3e Centrafrique 1 pt-2
4e Namibie 1 pt-2

Derniers matchs du Groupe B, dimanche 21 février
Burkina Faso#Namibie (19h GMT)
Tunisie#Centrafrique (19h GMT)


Lettre de la CAN U20

Cher Cousin

Les enfants ont fait le travail face à la Centrafrique. Avec cette victoire, ils ont un pied et demi en quart de finale. En plus une bonne nouvelle vient de tomber : ils pourront dès le prochain match face à la Namibie dimanche prochain, compter sur leur meilleur buteur Fiacre Botué Kouamé. Il est bel et bien arrivé à Nouakchott comme prévu. Une arrivée qui semble réveiller certains joueurs comme Daouda Belemé qui, contrairement à sa sortie face à la Tunisie, a livré un grand match face aux fauves de la Centrafrique. Couse, je n’aurais pas aimé être à la place des passagers du vol 2J 514 d’air Burkina du 17 février dernier qui a quitté Ouagadougou à destination de Nouakchott.

Parmi eux, il y avait trois Burkinabè dont l’ex-président de la Fédération burkinabè de football le colonel Sita Sangaré (lui en tant qu’invité de la CAF) qui venaient pour participer à la fête biennale du football africain consacré aux jeunes. Les passagers du vol étaient convoqués à 5h à Ouagadougou pour un vol prévu pour 7h. L’avion a atterri à l’aéroport Blaise Diagne de Dakar autour de 9h. Selon le plan de vol, il devait arriver à Nouakchott à 16h 30 après un transit à Dakar d’un peu plus de 5h. Sais-tu finalement à quelle heure ils ont quitté la capitale sénégalaise ? A 2h 40 du matin pour arriver à Nouakchott à 3h 25. La raison : un mauvais temps. Effectivement Couse, depuis 72h, la capitale mauritanienne est couverte de poussière rendant la visibilité très réduite.

Ainsi, c’est avec un cœur meurtri et très fatigué que nos infortunés passagers ont pu regagner leur pied à terre quand l’on sait que l’aéroport est distant de la ville d’au moins une quarantaine de kilomètres. Couse, le Burkina Faso a bonne presse à Nouakchott. Il suffit d’emprunter un taxi et de décliner ton identité et les éloges pleuvent. La dernière fois, un ancien aventurier mauritanien qui a écumé plusieurs pays africains et reconverti aujourd’hui en taximan m’a avoué qu’en Afrique, le Burkinabè est le plus fidèle en amitié. Hummmm !! En tout cas je ne sais pas de quelle amitié il parle. Est-ce cette Amitié transfrontalière entre les peuples africains ou il parle d’autre chose? Qu’à cela ne tienne, Aziz Nabaloum est bien placé pour en savoir davantage. Combien de fois a-t-il trahi avant de se mettre la corde au cou ? Porte-toi bien.

Par ton Cousin de Nouakchott

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.