Electrification rurale : Un nouveau projet pour booster le secteur

Le représentant du PNUD, Martin M’Banda : « le PNUD entend contribuer à créer un environnement favorable au déploiement des mini-réseaux verts en milieu rural au Burkina Faso».

Le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a organisé un atelier de validation du document du projet national du Programme africain de mini-réseaux du Fonds pour l’environnement mondial (FEM), le mardi 23 février 2021, à Ouagadougou.

Le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) au Burkina avec l’appui du Secrétariat permanent du Conseil national pour le développement durable (SP/CNDD) a mobilisé des Fonds auprès du Fonds pour l’environnement mondial (FEM) pour la formulation d’un projet national sous le sous-programme africain de mini-réseaux (AMP). Ledit projet soutient les politiques et stratégies en matière d’électrification rurale, mais aussi les plans nationaux de développement du secteur des énergies renouvelables. L’objectif du projet est d’accroître l’accès à l’énergie en améliorant la viabilité financière et en promouvant l’investissement commercial à grande échelle dans les mini-réseaux d’énergies renouvelables. Par ailleurs, le programme est axé sur la réduction des coûts des mini-réseaux, à travers les coûts du matériel, les coûts des logiciels et les coûts de financement et sur des modèles économiques innovants.

Ce nouveau projet sera mis en œuvre pour une durée de quatre ans, financé à hauteur de 1.700.000 dollars dont 800.000 par le PNUD et 900.000 par le FEM. Ces informations ont été données lors de l’atelier de validation du projet en question, le mardi 23 février 2021, à Ouagadougou. Cette rencontre a permis aux participants une meilleure appropriation de l’initiative, sa philosophie, sa démarche et ses objectifs. Selon le représentant du PNUD, Martin M’Banda, l’idée est d’accompagner le gouvernement burkinabè dans l’atteinte de 50% d’accès à l’énergie propre et durable en milieu rural d’ici à 2025. « L’atelier de validation vise à présenter le draft de document de projet, recueillir les suggestions et orientations afin de disposer d’un document de projet consensuel, qui prenne en compte au mieux les aspirations des acteurs en matière d’accès à l’énergie en milieu rural », a expliqué le porte-parole du PNUD.

A entendre le directeur général de l’Agence burkinabè de l’électrification rurale (ABER), Ismaël Nacoulma, ce projet a une envergure sous régionale et le Burkina Faso est le pays-pilote. Il devra le conduire et réaliser des investissements afin de les mettre à l’échelle sous régionale, a-t-il dit. « Cela permettra de façon concrète de mettre en place plus de 500 mini-centrales en milieu rural au niveau du Burkina qui contribueront au bonheur des Burkinabè », a soutenu M. Nacoulma. Le Conseiller technique du ministre en charge de l’énergie, Habib Ahmed Djiga s’est réjoui de ce projet qui va sans doute contribuer selon ses termes, à rendre accessible l’énergie dans les confins du pays.

Gaspard BAYALA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.