Commémoration du 8-Mars : des réflexions pour l’inclusion financière des femmes

A l’instar des femmes du monde, celles du Burkina Faso ont commémoré, le lundi 8-Mars 2021 à Ouagadougou, la 164e journée internationale de la Femme.

C’est loin du traditionnel défilé et autres réjouissances populaires (COVID-19 et insécurité obligent) que les femmes du Burkina Faso ont commémoré dans la sobriété, la 164e journée internationale de la Femme. Célébré sur le plan international sous le thème : « Leadership féminin : pour un futur égalitaire dans le monde de la COVID-19 », le 8-Mars 2021 met en exergue les nombreux efforts déployés par les femmes pour façonner le futur et assurer une relance économique plus égalitaire. Au pays des Hommes intègres, c’est sous le thème : «Inclusion financière par le numérique pour un développement économique de la femme : défis et perspectives » que la journée a été célébrée. Selon la ministre de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire, Laurence Ilboudo, le choix de ce thème n’est pas fortuit, car les femmes sont en première ligne dans les activités économiques.

Malheureusement, a-t-elle déploré, la COVID-19 et la crise sécuritaire ont impacté négativement sur le monde des affaires et particulièrement sur les activités économiques des femmes. Ainsi, pour faire face à cette nouvelle donne ayant occasionné notamment la fermeture des frontières, mais aussi l’insécurité sur les routes, etc., la ministre en charge de la femme a invité ses concitoyennes à une nouvelle réorganisation dans la manière de travailler afin de redynamiser leurs activités commerciales grâce aux nouvelles technologies. « L’objectif visé à travers ce thème est de promouvoir auprès des femmes, l’utilisation des services financiers numériques », a laissé entendre Laurence Ilboudo. Rappelant les acquis engrangés en matière de soutien aux femmes face à la situation difficile, elle a précisé que des défis restent à relever.

Un outil révolutionnaire pour les femmes

«Lors du forum des femmes, organisé le 8 mars 2020, vous avez soumis des doléances au président du Faso en vue d’améliorer la situation socioéconomique et sanitaire des femmes. Même si des résultats importants ont été enregistrés, des défis demeurent énormes quant à la protection et à la promotion de la femme dans notre pays », a déclaré la ministre Ilboudo.

La patronne de la cérémonie, Sika Kaboré est revenue sur l’importance des technologies de l’information et de la communication sur la compétitivité des entreprises dans le monde. « Elles constituent le principal moteur dans l’atteinte des objectifs de développement de l’entreprise », a-t-elle souligné. Dans ce sens, Mme Kaboré a salué, la pertinence des actions menées par le Burkina Faso pour promouvoir cette technologie qui, à son avis, permettront d’impacter positivement, durablement et de façon inclusive le développement du pays.

Et dans ce contexte marqué par la pandémie à coronavirus et à l’insécurité grandissante, elle a souligné que les services digitaux sont incontournables particulièrement pour la femme. « Ils constituent un facteur important à prendre en compte si on veut améliorer les moyens de subsistance de même que la sécurité économique des femmes », a insisté Mme Kaboré. Elle a dit espérer que les réflexions et les recommandations faites à l’occasion de cette commémoration permettront la mise en place de stratégie adaptée afin que toutes les femmes sans exception puissent bénéficier de cette aubaine dans le cadre d’une synergie d’actions bien pensée entre les acteurs concernés. Le chef de file des partenaires techniques et financiers, l’ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne au Burkina, Nils Wortmann, est, quant à lui, revenu sur l’accès des femmes aux ressources financières.

Il a indiqué qu’au Burkina Faso, les taux sont encore faibles tant en milieu urbain que rural. C’est pourquoi, M. Wortmann a estimé qu’il est nécessaire de développer des mécanismes d’inclusion financière par le numérique, surtout pour les femmes. Il a rassuré que les PTF dans la mise en œuvre de la stratégie nationale de la finance inclusive au pays des Hommes intègres ont décidé de porter à 75% le taux de l’inclusion financière d’ici à 2023 conformément à la recommandation de la disposition de l’UEMOA. Le chef de file des PTF a réitéré leur engagement à poursuivre leur appui au gouvernement, à la société civile, à tous les mouvements qui œuvrent dans la promotion des droits de la femme. Au cours de cette cérémonie, le mérite de quarante personnes a été reconnu. Elles ont été faites chevalier de l’Ordre du mérite de la santé et de l’action sociale, avec agrafe, promotion de la Femme.

Donald Wendpouiré NIKIEMA
tousunis.do@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.