« Witba, une femme leader » : des héroïnes burkinabè au grand écran

L’avant-première du film documentaire, « Witba, une femme leader » de Apolline Traoré, a eu lieu le vendredi 5 mars 2021 à Ouagadougou, en présence de Sika Kaboré, épouse du chef de l’Etat.

Magnifier la femme burkinabè, à travers le 7e art, à l’occasion du 8-Mars, est l’objectif que s’est fixée la réalisatrice Apolline Traoré. Sa toute dernière œuvre, et premier film documentaire, baptisé « Witba, une femme leader » présente, en effet, les grandes figures féminines qui ont marqué l’histoire du Burkina Faso. Le documentaire a été présenté, en avant-première, dans la soirée du vendredi 5 mars 2021 à Ouagadougou, en présence de membres du gouvernement et de Sika Kaboré, épouse du chef de l’Etat. De la bravoure de la princesse Yennega à la diplomatie de Guimbi Ouattara en passant par le rôle crucial de médiateur de la tante en pays mossi, la réalisatrice a mis en exergue la contribution de plusieurs femmes à l’édification de la nation burkinabè.

L’action des femmes dans l’histoire récente du pays des Hommes intègres n’a pas été également occultée par Apolline Traoré. Chaque pan de l’histoire (colonisation, indépendance, Révolution du 4 aout 1983, Front populaire, Insurrection populaire, etc.) de la Haute-Volta, puis de l’actuel Burkina Faso a, en effet, été visité. Le public a ainsi (re)découvert la combativité, l’héroïsme, la détermination et l’engagement de Pogtoinga, Jacqueline Ki-Zerbo, Mariam Lamizana, Julie Kongo, Lucie Kaboré/Traoré, etc. Le film fourmille également de nombreux témoignages de « combattantes » toujours vivantes et femmes issues de différents milieux et divers domaines (armée, politique, social…). « C’est très enrichissant et inspirant de revoir les prouesses de nos devancières.

Cela nous permet de poursuivre le noble combat pour l’épanouissement de la femme et le développement du Burkina Faso », s’est réjouie l’épouse du chef de l’Etat. Sika Kaboré a félicité, par ailleurs, la cinéaste, Apolline Traoré et loué sa créativité. De l’avis de la ministre de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire, Laurence Marie Ilboudo/Marchal, « Witba, une femme leader » représente une boussole pour la femme burkinabè d’aujourd’hui. Ces personnalités féminines, à l’entendre, peuvent servir également de repères pour les générations futures. « Le combat de la femme burkinabè n’a jamais été, à ce jour, un long fleuve tranquille. Mais, le jeu en vaut la chandelle », a-t-elle affirmé. Embouchant la même trompette que sa collègue en charge de la femme, le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kaboré, a dit être venu pour encourager la réalisatrice. Pour lui, « Witba, une femme leader » est indéniablement un vibrant hommage à la femme burkinabè, notamment en ce mois de mars.

Il a ajouté que le monde repose sur les épaules de l’autre moitié du ciel. Quant à Apolline Traoré, elle a confié que la réalisation de ce film a été un véritable challenge. « Nous avons l’habitude de réaliser des œuvres de fiction. Faire un documentaire a donc été assez éprouvant », a-t-elle déclaré. Des difficultés, a-t-elle déploré, ont été rencontrées par l’équipe du tournage, notamment en ce qui concerne les archives, les documents, les photos, etc. « Nous avons au final, réussi à offrir aux cinéphiles et à la femme burkinabè une œuvre cinématographique de très belle facture », a-t-elle admis.

W. Aubin NANA
nanaubin@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.