Décès de Djibril Tamsir Niane : La fin d’une épopée littéraire

Ecrivain et historien, Djibril Tamsir Niane était un spécialiste reconnu de l’histoire du Mandé.

Auteur de «Soundjata ou l’épopée mandingue», le célèbre écrivain et historien guinéen, Djibril Tamsir Niane a tiré sa révérence, le lundi 8 mars 2021 à Dakar, des suites de la maladie à coronavirus. Il était âgé de 89 ans.

Figure universitaire majeure de l’Afrique contemporaine, spécialiste de l’histoire du mandingue du Moyen-Âge, Djibril Tamsir Niane a également écrit des pièces de théâtre et a participé à l’écriture de l’Histoire générale de l’Afrique sous l’égide de l’UNESCO. Après avoir ainsi consacré sa vie à l’étude de la civilisation noire et des sciences sociales, l’écrivain et historien guinéen, Djibril Tamsir Niane a passé la plume à gauche le lundi 8 mars 2021 dans la capitale sénégalaise. Agé de 89 ans, victime de la COVID-19, il y est décédé après avoir été évacué pour des soins. Ironie du sort, sa sœur jumelle, Yayè Niane, mourait quelques heures auparavant à Conakry (Guinée)… L’annonce de la disparition de l’écrivain a été suivie de témoignages de nombreux acteurs du monde littéraire africain.
« L’Afrique vient de perdre un monument.

Djibril Tamsir Niane était très attaché au patrimoine africain, il était un gardien de la mémoire africaine. Grâce à son ouvrage « Soundjata ou l’épopée mandingue », un classique, il a fait connaître au monde entier la civilisation africaine », a souligné le président de l’Association des écrivains du Sénégal, Alioune Badara Bèye. Selon lui, le poète-président Léopold Sédar Senghor avait beaucoup d’admiration pour Djibril Tamsir Niane. « Léopold Sédar Senghor avait une grande estime pour l’écrivain Djibril Tamsir Niane parce que disait-il, « son écriture me parle, il a une profonde connaissance de l’histoire du continent », confiait Alioune Badara Bèye au site Seneweb.

Djibril Tamsir Niane a inscrit, a estimé pour sa part le poète sénégalais Amadou Lamine Sall, son nom dans l’histoire depuis très longtemps. Il a ajouté que Djibril Tamsir Niane a porté la Guinée comme le Bembeya jazz (groupe musical de la Guinée créé en 1961) a porté la Guinée… Né le 9 janvier 1932 à Conakry (Guinée), Djibril Tamsir Niane a fait ses études secondaires à Dakar avant de poursuivre des études d’histoire à l’Université de Bordeaux (France), où il obtient une licence et un Diplôme d’études spécialisées (DES) en 1959.

Un classique africain

Son mémoire portant sur l’Empire du Mali, il collecte auprès des griots, notamment Mamadou Kouyaté, des récits de la tradition orale. C’est à partir de ses recherches qu’il publie en 1960 « Soundjata, ou l’épopée mandingue », son ouvrage le plus connu, qui relate brièvement l’épopée de Soundiata, épopée ouest-africaine médiévale inspirée de la vie dudit héros. Après ses études, il enseigne à l’Institut polytechnique de Conakry. Mais, en 1961, certains de ses écrits lui valent la prison sous le régime de Sékou Touré.

Son engagement au lendemain de l’indépendance lui vaut, en effet, d’être emprisonné durant 3 ans au tristement célèbre camp Boiro. Remis en liberté, il est néanmoins obligé de s’exiler. Il s’installe au Sénégal dans les années 1970 où il enseignera à l’Institut fondamental d’Afrique noire. Il y poursuit sans relâche son œuvre de collecte et de transcription du récit des griots. Auteur de pièces de théâtre comme « Les fiançailles tragiques », il a également codirigé avec Joseph Ki-Zerbo, la publication du volume IV de l’ »Histoire générale de l’Afrique » sous les auspices de l’UNESCO. Outre ces ouvrages, Djibril Tamsir Niane est aussi l’auteur de « Recherche sur l’empire du Mali au Moyen Âge, suivi de Mise en place des populations de la Haute-Guinée (1975), « Méry » (1975), « Contes d’Hier et d’Aujourd’hui » (1985), « Histoire des Mandingues de l’ouest » (1989), « Sikasso, ou la Dernière citadelle » (1991), « Chaka » (1991), « Contes de Guinée » (2006).

Cité parmi les classiques africains, son roman « Soundjata ou l’épopée mandingue » est inscrit dans plusieurs programmes scolaires, enseigné dans plusieurs universités du monde et traduit dans plusieurs langues. Membre honoraire de l’association des écrivains du Sénégal et secrétaire général de la Fondation Léopold Sédar Senghor, Djibril Tamsir Niane est professeur honoraire de l’Université Howard (Washington, D.C.) ainsi que de l’Université de Tokyo. En 2019, il a été lauréat du « Grand prix africain Yasser Arafat pour la paix et la liberté ».

W. Aubin NANA
nanaubin@yahoo.fr
Sources:presenceafricaine.com, lemonde.fr, seneweb.com, wikipedia.org

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.