11-Décembre 2021 à Ziniaré: une célébration sous le sceau de la réconciliation nationale

Le Conseil des ministres s’est tenu, le mercredi 10 mars 2021, sous la houlette du Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. De nombreux décrets ont été adoptés dont cinq relatifs à l’organisation des examens et concours scolaires.

Le thème de la célébration du 61e anniversaire de l’indépendance du Burkina Faso qui se tiendra à Ziniaré dans le Plateau central est : « Réconciliation nationale et cohésion sociale : devoirs, responsabilités de tous pour un développement durable du Burkina Faso ». Il a été adopté lors du Conseil des ministres du mercredi 10 mars qui s’est tenu sous la présidence du Chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré. A l’instar des précédentes célébrations, ce thème va permettre, aux dires du ministre de la Communication et des Relations avec le parlement, Porte-parole du gouvernement, Ousséni Tamboura, de préparer des conférences publiques à l’occasion du 11-Décembre et de déployer toute la stratégie de communication et de marketing autour de cette fête. Au titre du ministère
de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la
Promotion des langues nationales, le conseil a adopté cinq décrets relatifs à l’organisation des examens et concours
scolaires. Du compte rendu fait par le ministre Tamboura, il ressort que l’un de ces décrets porte sur l’organisation du Certificat d’aptitude professionnelle (CAP). De ce qu’il a dit, il remplace un ancien décret de 2012 et ouvre cet examen à des élèves qui ne pouvaient pas jusque-là le passer. Quant au second décret, il porte institution et organisation des examens et concours désormais par la direction provinciale et non la direction régionale. Par ce texte, a indiqué le ministre de la Communication, le gouvernement autorise désormais des candidatures libres au concours d’entrée en sixième et à celui d’entrée en seconde. « Ce nouveau décret augmente l’âge limite pour passer le concours d’entrée en sixième à 16 ans au lieu de 14 auparavant et fixe le nombre de places disponibles en sixième et en seconde par province et non par région »,
a-t-il détaillé. Toujours au titre du ministère en charge de l’éducation nationale, un troisième décret portant organisation du Brevet d’études primaires (BEP) a été adopté. Un décret rendu nécessaire, selon le ministre Tamboura, par la création des directions provinciales des enseignements postprimaires et secondaires. Il remplace un ancien décret du 13 mars 2012 et innove en autorisant les élèves de la 1re D prime et les candidats libres du même niveau à participer à l’examen du BEP.

600 participants attendus à la JNP

Le quatrième et le cinquième décret adoptés au titre du ministère de l’Education nationale sont respectivement relatifs à l’organisation du Certificat d’études primaires (CEP) et à celle du Brevet d’études du premier cycle (BEPC). L’adoption de ces 5 décrets, a précisé Ousséni Tamboura, vise une réorganisation des différents examens et concours scolaires en considérant davantage la proximité des acteurs au niveau provincial et communal au lieu du niveau régional, en élargissant les bases de participation aux candidats libres ou en scolarité et surtout en réprimant la fraude. Le Conseil des ministres a aussi adopté des décrets au titre du ministère en charge de l’enseignement supérieur et de celui de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale. L’un d’eux est relatif à la
création d’emploi et à la nomination d’enseignants chercheurs par suite de promotion dans le cadre des grades du Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (CAMES). « Nos enseignants du supérieur participent comme tous les autres enseignants d’Afrique aux différents concours organisés par le CAMES et à l’issue de leur admission, il est créé des emplois et procédé à la nomination de ces lauréats aux concours », a expliqué le porte-parole du gouvernement. Des communications orales ont également été entendues à cet hebdomadaire conseil des ministres. L’une d’elle était relative à l’organisation de la 22e édition de la Journée nationale du paysan (JNP) qui va se tenir le 23 avril prochain à Manga dans « un format qui respecte le principe des mesures-barrières édictées dans la cadre de la lutte contre la pandémie à coronavirus ». En effet, cette journée, qui recevait 1500 paysans devra accueillir 600 participants cette année.
A noter que la 22e édition de la JNP est prévue sous le thème : « L’impact socio-économique des crises sécuritaires et sanitaires sur les secteurs productifs du monde rural : quelle stratégie de résilience ?».

Nadège YAMEOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.