Transformation des produits locaux: Le ministre Harouna Kaboré encourage deux amazones

?????????

Le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kaboré, a rendu visite à deux promotrices d’unités de transformation de produits locaux, le mardi 9 mars 2021, à Ouagadougou et à Pabré.

Le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kaboré, a choisi de rendre autrement hommage à la femme burkinabè, à l’occasion de la commémoration de la 164e journée internationale de la Femme. Il est allé soutenir deux amazones de la transformation de produits locaux dans les domaines agroalimentaires, cosmétiques, pharmaceutiques, le mardi 9 mars 2021, à Ouagadougou et à Pabré.

Dr Aline F. Tiendrebéogo, pharmacienne et promotrice de la pharmacie Saint- François-d’Assise et de la société SAREPTA production spécialisée dans la fabrication des produits naturels cosmétiques et alimentaires à base de la matière première locale, est la première à recevoir le ministre Kaboré dans ses locaux à la Zone du Bois. « Nous mettons l’accent sur la qualité de nos produits. Tout le monde fait du cosmétique mais nous n’utilisons pas les mêmes produits. Nous avons une dizaine de références de savons à base de tamarin, de néré, karité, carotte, de l’huile de baobab, etc. Ce sont des savons qui répondent à des besoins spécifiques soit un anti-âge, un antitache, soit pour le bien-être », a-t-elle fait savoir. Sa société produit également des pommades améliorées à base du beurre de karité mélangé à des huiles végétales, des huiles essentielles. A travers ces innovations, Dr Tiendrebéogo veut briser l’idée selon laquelle le beurre de karité fait noircir. « C’est le meilleur produit anti-âge, le meilleur réparateur de la peau. C’est dommage que la population s’en prive parce qu’elle n’a pas la bonne information sur la manière de l’utiliser », a-t-elle déploré.

Mme Tiendrebéogo a traduit sa reconnaissance au ministère de l’Industrie pour son accompagnement pour l’acquisition des équipements modernes à travers le projet IRCP-Pharma et l’Agence de financement et de promotion des petites et moyennes entreprises (AFP-PME). L’acquisition de ce matériel va nous permettre de produire des solutions de désinfection comme le gel hydroalcoolique, mais aussi des produits cosmétiques de grande facture, a-t-elle précisé.

Le ministre a salué le boulot abattu par cette PME innovante, qui fabrique des produits cosmétiques selon des process scientifiques et qui n’ont rien à envier aux produits importés.

« Nous sommes venus ici pour à la fois apprécier, féliciter et encourager une promotrice qui a décidé de mettre sur le marché burkinabè, des produits de grande consommation notamment des produits cosmétiques, alimentaires et compléments d’aliments qui obéissent à des normes, des règles, à un processus de qualité », a laissé entendre le ministre.

Après avoir pris congé de Mme Tiendrébéogo, le ministre en charge du commerce a mis le cap sur Pabré où il a été accueilli à la Société de transformation de coton burkinabè (SO.FA.CO-B Sarl) de Dr Céline Kontyaré/Kobéané, spécialisée dans la fabrication du coton pour les soins de santé ou coton hydrophile médical. « Notre unité est la seule au Burkina Faso et dans la sous-région qui transforme du coton utilisé dans les soins. Jusque-là, le coton utilisé dans les soins de santé est importé. Nous mettons sur le marché du coton pour le soin mais aussi pour les produits cosmétique et tout ce qui est dermatologique », a confié Dr Kontyaré. Pour elle, la présence du ministre en charge de l’industrie sur le site de sa société traduit l’engagement du gouvernement à accompagner le secteur privé, surtout dans le domaine de la transformation. Selon elle, si la société n’a pas de soucis à écouler ses produits, la cherté du coût de l’énergie reste une contrainte majeure qui limite souvent ses capacités de production.

Le ministre Kaboré n’a pas manqué d’exprimer sa satisfaction d’avoir visité une startup qui fait la fierté du Burkina Faso. « Nous sommes venus l’encourager, mettre en valeur son travail et montrer que le made in Burkina est réel dans tous les secteurs, dans les domaines agroalimentaires, sanitaires, etc. », s’est-il réjoui.

Pour le ministre Kaboré, cette sortie- terrain entre dans le cadre de la politique de promotion du « consommons local ». Il a réitéré l’engagement du gouvernement à soutenir la production et transformation locales qui sont sources de création de revenus et d’emplois pour les femmes et les jeunes.

Mahamadi SEBOGO

Windmad76@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.