Renouveau social: une association en fait son crédo

L’Association pour le renouveau social (ARESO) a animé, le jeudi 11 mars 2021 à Ouagadougou, une conférence de presse, pour officiellement lancer ses activités.

«Chaque génération doit, dans une relative opacité trouver sa mission, la remplir ou la trahir », disait Frantz Fanon. En vue de diagnostiquer les maux qui minent la société actuelle et trouver les voies et moyens de les combattre et de les éradiquer afin de rendre meilleur le monde de demain, un groupe de jeunes a créé l’Association pour le renouveau social (ARESO). Le lancement officiel des activités de la structure associative est intervenu, le jeudi 11 mars 2021, à travers une conférence de presse à Ouagadougou. Selon le président de l’ARESO, Sosthène Tapsoba, l’idée de la création de l’association provient de plusieurs constats. Il a cité la dépravation des mœurs, la déconnexion et le déracinement culturel des jeunes burkinabè et africains et, la perte des valeurs endogènes comme l’intégrité, la moralité, la sobriété, le civisme, le respect de l’aîné, le sens du bien commun et de l’intérêt général, la solidarité, l’esprit de sacrifice, la tolérance, etc. A cela, M. Tapsoba a ajouté l’ignorance en milieu juvénile des enjeux environnementaux et du développement durable, la relégation de la religion dans la sphère privée, le non engagement des jeunes dans le dialogue interreligieux et leur faible implication dans le dialogue social. Pour corriger ces tares, l’ARESO, selon ses premiers responsables, s’est engagée à agir sur trois principaux axes. Dans le domaine de l’éducation, il s’agira, a-t-il dit, de réaliser par la sensibilisation et des actions concrètes, une « metanoia ou conversion totale » sur le plan éthique et moral chez les jeunes. Concernant les questions environnementales, l’association compte amener les jeunes à être éco-citoyens et adeptes du développement durable à travers la sensibilisation et des activités sur le terrain. Au titre de la cohésion sociale, elle prévoit, d’une part, d’activer le dialogue social chez les jeunes pour les amener à taire les divergences ethniques, à bannir le régionalisme et à agir comme les fils d’une même et seule nation, et, de l’autre, de les impliquer dans le dialogue interreligieux en vue de la fraternité, la concorde et la paix sociale. « Notre jeunesse souffre d’ignorance, notre jeunesse s’égare et s’autodétruit. Notre environnement souffre du changement climatique et son cortège de maux. Notre tissu social se fragilise. Il faut agir maintenant », a lancé Sosthène Tapsoba. Il a, par ailleurs, invité les jeunes à adhérer massivement à l’ARESO et les personnes morale et physique, à la soutenir pour le renouveau social.

Jean-Marie TOE

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.