Riposte contre les virus du manioc: des chercheurs présentent leur plan d’actions

L’INERA et le programme international de recherche et de prévention (WAVE) ont présenté un plan de riposte national contre les maladies virales du manioc, le jeudi 18 mars 2021, à Ouagadougou.

Les chercheurs veulent mutualiser leurs efforts en vue d’éradiquer des champs, les maladies virales du manioc. C’est dans cette dynamique que les experts de l’Institut de l’environnement et de recherches agricoles (INERA) et leur partenaires du Programme international de recherche et de prévention (WAVE) ont élaboré un plan d’actions opérationnel visant à booter la maladie virale du manioc hors des frontières nationales, afin de mieux promouvoir la spéculation. Selon la ministre déléguée en charge de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Maminata Traoré, le manioc se positionne peu à peu comme la principale culture de rente sur le plan national. Il constitue, selon la ministre Traoré, un aliment de base pour près de 800 millions de personnes via le monde et pour près de 500 millions d’Africains. « Le manioc est aujourd’hui une culture stratégique pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Mieux, il contribue à la réduction de la pauvreté », a indiqué Mme Traoré. Malheureusement, la spéculation connaît souvent de faibles rendements, malgré les bonnes pratiques agricoles et les semences améliorées certifiées servies aux producteurs. Cette situation, a-t-elle expliqué, est due à l’existence de maladies virales. « La maladie de la mosaïque du manioc et celle de la striure brune entraînent de graves pertes de rendements mettant en péril les moyens de subsistance de petits exploitants agricoles », a précisé Mme Traoré. Mais la validation du plan de riposte des chercheurs va, selon le gouvernement, permettre de freiner les maladies du manioc, puis de les éradiquer afin de favoriser la relance durable de la production du manioc au Burkina Faso. Pour le directeur général de l’INERA, Dr Hamidou Traoré, avec le programme WAVE, la lutte contre la maladie virale va aboutir à des résultats satisfaisants. La filière manioc, selon lui, est au cœur des productions agricoles et son institut multiplie les recherches pour trouver les meilleures formules pour protéger le manioc. Selon les acteurs, le programme WAVE vise à assurer une sécurité alimentaire durable en Afrique par la lutte harmonieuse coordonnée contre les maladies virales des plantes à racines et tubercules. Le programme a été lancé en 2015 grâce au financement de la Fondation Bill et Melinda Gates et est actuellement actif dans dix pays africains.

Wanlé Gérard
COULIBALY

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.