Crise étudiants nigériens-2IE : Le Médiateur du Faso, Saran SERE démêle l’écheveau

Madame Saran SERE/SEREME Médiateur du Faso a procédé à la remise de diplômes des étudiants nigériens à Me Ali Sirfi MAIGA Médiateur du Niger.

Le 13 janvier 2021, le Médiateur du Niger – Président de l’Association des Médiateurs des pays membres de l’UEMOA (AMP UEMOA), après plusieurs démarches infructueuses des autorités nigériennes et suite à un mouvement d’humeur au Consulat, à par saisine envoyé une requête auprès du Médiateur du Faso – 1re Vice-Présidente de l’Association des Organismes de Médiations en Afrique (AOMA) et Membre du Conseil d’Administration – Représentante Afrique de l’Ouest de l’Association des Organismes de Médiations des Etats francophones (AOMEF), SG permanent de l’AMP UEMOA à l’effet d’intervenir sur la délicate situation de 152 étudiants nigériens en fin de formation à l’Institut international de l’ingénierie, de l’eau et de l’environnement (2iE) en Master Génie civil et Hydraulique, Master Eau et Assainissement, Bachelor en Science : Génie Electrique et Energétique, Bachelor en Ingénierie / Ingénieur de travaux…

Dans le cadre de la clôture de ce dossier, madame le Médiateur du Faso, Saran SERE/SEREME a accueilli son homologue Médiateur de la république du Niger afin de procéder à la remise officielle des diplômes au cours d’une cérémonie organisée dans l’enceinte de l’institution. Y étaient présents le Vice-Consul du Niger, la chargée des affaires académiques du Consulat, le Directeur général de 2iE et les étudiants nigériens.

Le représentant des étudiants a d’emblée salué l’action salvatrice du Médiateur du Faso qui a permis qu’ils puissent entrer en possession de leurs diplômes de Master et de Bachelor, suite aux discussions fructueuses menées sous l’égide de son institution avec 2ie. Le représentant des étudiants a témoigné la profonde gratitude des étudiants à l’endroit du Médiateur du Faso pour son sens élevé du travail, de solidarité et de considération envers la jeunesse africaine. Il a rassuré que les étudiants feront bon usage de leurs diplômes sur le marché de l’emploi.

Le vice-consul du Niger a également loué l’action du Médiateur du Faso qui a permis un dénouement heureux du dossier des étudiants avec les 2iE.
Prenant la parole, le Directeur général des 2ie a expliqué que l’Institut a consenti à la remise des diplômes aux étudiants en raison de la confiance accordée au Médiateur du Faso. Il a indiqué qu’il n’a aucun doute que madame le Médiateur du Faso et ses homologues pourront conduire à terme les échanges avec les décideurs des États membres pour le grand satisfecit de toutes et de tous.

Pour sa part, le Médiateur de la république du Niger, n’a pas manqué de magnifier les excellentes relations entre les deux pays en l’occurrence le Niger et le Burkina Faso, en témoigne le dossier des étudiants qu’il a confié à son homologue Mme le Médiateur du Faso. Elle a pu atteindre des résultats escomptés via les négociations par elle menées avec succès auprès de la Direction générale des 2ie au profit des étudiants nigériens. C’est pourquoi, dira t- il que le Médiateur du Faso affectueusement appelé “la maman nationale” qui est appelée “la maman continentale” par eux les Médiateurs, est un titre bien mérité au regard de ses actions en faveur de la jeunesse africaine.

 

Les étudiants nigériens, entourés de l’équipe de médiation, étaient heureux d’avoir reçu leurs diplômes.

Le Médiateur du Faso a rappelé que suite à la saisine du 13 janvier 2021 de son homologue du Niger, après plusieurs démarches infructueuses des autorités nigériennes et suite à un mouvement d’humeur des étudiants, elle s’est saisie de cette question sensible à l’effet de trouver une solution. Après une analyse approfondie du dossier et des échanges très productifs, le Directeur Général des 2iE a accepté libérer les diplômes de 47 étudiants qui ont effectivement validé leur formation complète et s’est engagé à libérer ceux des 105 étudiants qui ont réussi leurs examens mais qui sont en attente de la validation de l’anglais (examen effectué aux 2iE à Ouaga mais corrigé à l’international).

Mme le Médiateur du Faso, Vice-Présidente de l’AOMA, Représentante Afrique de L’AOMEF, SG permanent de l’AMP UEMOA s’est ainsi engagée à mener le plaidoyer auprès des Médiateurs des 14 pays membres des 2IE afin qu’ils interviennent auprès de leurs Gouvernements respectifs afin que les engagements et arriérés des pays en frais d’inscription et de subventions soient honorés et ne soient plus un facteur bloquant de nos Instituts de formation d’excellence comme les 2iE. A cet effet, le Médiateur de la république du Niger, Président de l’AMP UEMOA s’est également engagé avec ses collègues pour que cette épineuse question financière relève du passé.

L’éducation étant la base du développement, ils ont manifesté leur espoir de voir le Président du Faso, Roch Marc Christian KABORE être le Président porteur de la sauvegarde des Instituts de Formation régionale ou internationale d’excellence auprès de ses Pairs africains.

“C’est en cela que nous assurerons la relève générationnelle, une élite africaine voire prête à relever tous les défis du monde”, a dit le Médiateur du Faso.
Le Médiateur du Faso a souhaité qu’à l’instar des 2iE, d’autres écoles supérieures inter africaines comme l’école supérieure inter africaine d’électricité de Bingerville en Côte d’Ivoire, l’école inter-Etat supérieure de médecine vétérinaire, le CESAG, école des ingénieurs de Katibanga, l’EMIG, des actions doivent être développées avec l’appui et le concours des premières autorités de l’espace africain pour que ces écoles de renommée africaine puissent s’adapter au contexte africain et mondial tout en étant des écoles de référence internationale adaptée au contexte actuel et continuer à être des écoles de référence.

Service presse et communication du Médiateur du Faso

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.