Meilleur grand reportage sur la GIRE Abdoulaye Balboné de Sidwaya remporte le premier prix

Le Secrétariat permanent pour la Gestion intégrée des ressources en Eau (SP/GIRE) a récompensé trois meilleures productions journalistiques sur la GIRE dont celle du journaliste Abdoulaye Balboné des Editions Sidwaya en Grand reportage, le lundi 22 mars 2021, à Ouagadougou.

«Tengrela : Quand le sable « assèche » le lac’’. C’est le grand reportage du journaliste Abdoulaye Balboné des Editions Sidwaya qui a remporté le premier prix sur la Gestion intégrée des ressources en eau (GIRE). Le lauréat a reçu son chèque de 750 000 F CFA et une attestation des mains du ministre de l’Agriculture, des Aménagements hydroagricoles et de la Mécanisation, Salifou Ouédraogo, le lundi 22 mars 2021, dans la soirée, à Ouagadougou. C’était au cours d’une cérémonie solennelle, organisée par le Secrétariat permanent pour la GIRE (SP/GIRE) et parrainée par le ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Ousmane Nacro, en présence des experts en médias et communication, notamment, le Pr Serge Théophile Balima, du ministre en charge des ressources animales, Modeste Yerbanga et de celui chargé de la communication, représenté. En plus de Abdoulaye Balboné, deux autres journalistes à savoir Noufou Kindo de Burkina 24 et Hamidou Traoré du journal l’Evènement ont respectivement bénéficié du deuxième prix en Grand reportage et du prix en Enquête journalistique. Noufou Kindo avec son œuvre : « Barrage de Pougma : L’eau de tous les espoirs dans le Ganzourgou » a reçu un chèque de 500 000 F CFA, plus une attestation. Quant à Hamidou Traoré de l’Evènement avec son article intitulé: « Taxe sur l’eau : les sociétés minières dans une posture dilatoire ou de mauvaise foi ? », il s’en est tiré avec un chèque de 750 000 F CFA et une attestation.

Satisfecit des lauréats

Les lauréats de la soirée n’ont pas dissimulé leur joie après l’obtention de leur récompense validée par un jury composite (journaliste, juriste de l’eau, communicateur, etc.) marquée surtout par la présence du journaliste émérite et administrateur de Sidwaya, Issa Soma. Selon Abdoulaye Balboné, l’eau est une ressource vitale ; or il y a des contraintes qui entachent sa bonne utilisation. Il s’est dit fier d’avoir contribué avec son œuvre à soulever des difficultés liées à la gestion de l’eau du lac de Tengrela, regorgeant une diversité faunique et halieutique et qui ploie aujourd’hui sous les actions anthropiques, véritables mobiles de sa dégradation. Le parrain de la cérémonie, le ministre Nacro, a assuré de l’institutionnalisation du prix GIRE. Tout en montrant l’importance de l’eau pour les écosystèmes aquatique et terrestre au Burkina Faso et dans le monde, il a félicité les lauréats et tous les postulants à la compétition. Il en a profité pour saluer les coopérations danoises et suédoises, de l’Union européenne, de la Banque mondiale, de la Banque africaine de développement et des Agences de l’eau française et néerlandaise pour leurs appuis respectifs. Le SP/GIRE, Moustapha Congo, s’est réjoui du fait de l’assurance donnée par le ministre en charge de l’eau pour institutionnaliser le prix GIRE, l’une des quatre recommandations du jury. En dehors de celle-ci, il a assuré que sa structure va s’atteler à la formation des professionnels des médias aux outils et la sensibilisation sur la gestion de l’eau. « Il est important que cette formation puisse se faire sinon le prix n’aura pas de sens. Car, si nous voulons que le travail se fasse bien, il nous faut aussi renforcer les capacités des journalistes », a-t-il expliqué. De l’avis de M. Congo, pour un coup d’essai, ce fut un coup de maître pour cette première édition organisée en si peu de temps. Il a traduit sa satisfaction face aux promesses des ministres en charge de l’agriculture et des ressources animales d’accompagner l’initiative avec chacun 500 000 F CFA. Aux dires du président du jury, Sansan Dongo Kambou, au total, 14 œuvres ont été réceptionnées en provenance de sept médias. La remise des prix GIRE a coïncidé avec la célébration de la Journée mondiale de l’eau (JME) 2021 sur le thème : « Rôle et responsabilité de chaque Burkinabè pour une meilleure gestion de nos ressources en eau ».

Boukary BONKOUNGOU

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.