Nouvelle alliance du Faso: Mamoudou Dicko réélu président

La Nouvelle alliance du Faso (NAFA) a tenu, les 26 et 27 mars 2021, à Ouagadougou, son deuxième congrès ordinaire sur le thème : « Paix et stabilité socio-économique du Burkina Faso : Quelle contribution de la NAFA ». A l’occasion, un nouveau bureau national du parti a été mis en place avec à sa tête le Pr Mamoudou Dicko.

La Nouvelle alliance du Faso (NAFA) veut contribuer à la stabilité socio-économique du pays. Lors de son deuxième congrès ordinaire tenu, les 26 et 27 mars 2021 à Ouagadougou, le parti a mené la réflexion autour du thème : « Paix et stabilité socio-économique du Burkina Faso : quelle contribution de la NAFA ». A l’issue de l’instance statutaire, le président de la NAFA, le Pr Mamoudou Dicko a expliqué qu’aucun pays ne peut se développer dans une instabilité, alors que les questions de la stabilité et de la sécurité, a-t-il relevé, sont des préoccupations majeures du moment au pays des Hommes intègres. « Nous sommes un pays exportateur de bétail, d’or et de bien d’autres biens. Les zones du Sahel, du Nord et de l’Est qui sont dans une insécurité ont pris un coup considérable sur le plan socio-économique », a-soutenu M. Dicko. D’où l’intérêt pour la NAFA de discuter à huis-clos avec ses militants pour leur expliquer la nécessité pour le parti d’œuvrer pour la stabilité socio-économique, a-t-il confié. A l’occasion, des stratégies pour y arriver ont été dégagées. Il s’agit, entre autres, de privilégier la communication, le vivre-ensemble, l’acceptation mutuelle et la tolérance. Le deuxième congrès de la NAFA a aussi été une aubaine pour les militants d’opérer des réformes au sein du parti. « Nous avons toiletté les textes du parti en vue de les rendre plus opérationnels. Le général Djibrill Bassolé disait que c’est le terrain qui commande la manœuvre. Nous avons donc tenu compte du terrain pour actualiser nos textes et capitaliser l’expérience acquise pour consolider le parti », a signifié Mamoudou Dicko.
Le président de la NAFA a fait savoir, à ce sujet, que le manifeste de son parti a été revu pour l’adapter au programme quinquennal du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré.

Les élections en ligne de mire

« C’est une nouvelle ère pour la NAFA car nous quittons l’opposition pour rejoindre la majorité. Je remercie le chef de l’Etat d’avoir eu la clairvoyance de prioriser dans son 2e quinquennat, la réconciliation nationale », a-t-il déclaré. Le congrès a, en outre, été le lieu pour le parti de peaufiner une nouvelle stratégie pour les élections municipales à venir. De l’avis de son président, la NAFA doit tenir compte du passé pour corriger ce qui n’a pas marché afin de rayonner sur l’échiquier politique. Les travaux du congrès ont débouché sur un renouvellement du bureau national avec à sa tête l’actuel président du parti, Mamoudou Dicko. « Je remercie les militantes et les militants de la NAFA pour cette confiance réitérée malgré les difficultés que nous avons eues lors des élections passées », s’est réjoui M. Dicko. Cette nouvelle équipe dirigeante, a-t-il relevé, est homogène. « Nous pensons que nous allons avoir une bonne cohésion pour apporter notre contribution à l’actualité qui est la réconciliation nationale », a-t-il laissé entendre. Les congressistes ont, par ailleurs, adopté trois motions. Il s’agit d’une motion de soutien et d’encouragement au président du Faso, une motion de solidarité au général Djibrill Bassolé et une motion d’encouragement à la direction du parti. Deux résolutions sur la formation politique et civique des militants de la NAFA et sur les actions du chef de l’Etat et son gouvernement en faveur de la réconciliation nationale ont également été prises.

Abdoulaye BALBONE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.