Assainissement total piloté par les communautés : Des orientations pour ne plus déféquer à l’air libre

Le DGESS du MEA, Bourahima Ouédraogo (milieu) : « Au regard des résultats, l’atteinte des cibles de la FDAL semble irréalisable ».

Le ministère de l’Eau et de l’Assainissement organise un atelier de réflexion sur la mise en œuvre de l’Assainissement total piloté par les communautés (ATPC), les 30 et 31 mars 2021, à Ouagadougou.

Le Burkina Faso doit impérativement mettre fin à la défécation à l’air libre pour être en phase avec les Objectifs de développement durable (ODD). C’est dans ce cadre que le Ministère de l’Eau et de l’Assainissement (MEA) organise un atelier de réflexion sur la mise en œuvre de l’Assainissement total piloté par les communautés (ATPC), les 30 et 31 mars 2021, à Ouagadougou. Les participants (autorités locales et administratives, partenaires techniques et financiers, etc.), devraient substantiellement passer en revue les stratégies pour la Fin de la défécation à l’air libre (FDAL).

Car, selon le Directeur général des études et des statistiques sectorielles (DGESS) du MEA, Bourahima Ouédraogo, les résultats actuels sont « mi-figue mi-raisin ». « Faisant un bilan de la mise en œuvre de l’approche ATPC, il ressort que sur 2 301 villages déclenchés depuis le début de sa mise en œuvre, 546 villages sont déclarés FDAL et seulement 327 d’entre eux en sont certifiés », a-t-il expliqué. Mais, a-t-il indiqué, cet atelier vient en « bon samaritain » pour booster l’atteinte de la FDAL à l’horizon 2030.

Définir de grandes orientations

Les participants ont été invités à proposer de meilleures pistes pour faire
de la FDAL, une réalité.

Par ailleurs, Bourahima Ouédraogo a laissé entendre qu’au cours de la rencontre, un rapport de la mise en œuvre de l’ATPC sur le plan national alimentera les débats.
A ce propos, les différents acteurs à la base auront, à ses dires, pour objectif général de définir de grandes orientations en matière de mise en œuvre de l’ATPC au Burkina. Pour lui, ces orientations permettront, sans doute, d’enrichir et d’améliorer la qualité des documents stratégiques et opérationnels pour exécuter la stratégie à l’échelle nationale. « C’est l’occasion pour moi de renouveler mes remerciements à tous les partenaires au développement dont les actions contribuent fortement à l’atteinte des objectifs du Programme national d’assainissement des eaux usées et excréta », a déclaré le DGESS du MEA.

Il a, ainsi, invité l’ensemble des parties prenantes à l’atelier à des échanges francs et fructueux qui enclencheront une nouvelle dynamique au niveau du secteur de l’assainissement. Deux phases (avec subvention et sans subvention), à entendre M. Ouédraogo, marquent l’expérimentation de la FDAL au pays des Hommes intègres dont celle avec subvention, qui vise à encourager les cibles, sera abordée lors de la réunion. L’ATPC a été adopté en octobre 2014 et est expérimenté par différents acteurs dans plusieurs régions du Burkina Faso. Il s’inscrit dans une logique de transformation des mentalités des communautés à la base à travers la sensibilisation.

Boukary BONKOUNGOU

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.