Micro entreprises rurales : 1 190 000 000 F CFA au profit de 663 promoteurs

Le ministre Salifou Ouédraogo (droite) remettant la convention à une des bénéficiaires.

Le Projet d’appui à la promotion des filières agricoles (PAPFA) a procédé à la signature suivie de la remise des conventions de cofinancement à des Microentreprises rurales (MER) le vendredi 2 avril 2021 à Bobo-Dioulasso. C’était en présence du ministre de l’Agriculture, des Aménagements hydroagricoles et de la Mécanisation, Salifou Ouédraogo.

663 promoteurs de Microentreprises rurales (MER) sélectionnées en 2020 dans les filières riz, sésame, niébé et maraîchage à travers les maillons de transformation et de commercialisation bénéficieront de financements d’un montant total de 1 190 000 000 de francs CFA. La cérémonie de signature et de remise des conventions de ce financement à ses microentreprises rurales a eu lieu, le vendredi 2 avril 2021, à Bobo-Dioulasso sous la présidence du ministre de l’Agriculture, des Aménagements hydroagricoles et de la Mécanisation, Salifou Ouédraogo.

Cette remise des conventions entre dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’appui à la promotion des filières agricoles (PAPFA).
Le coordonnateur national du PAPFA, Sié Salif Stéphan Kambou, a confié que la remise des conventions aux microentreprises rurales vise à leur permettre d’avoir accès à des services de développement des entreprises adaptés à leurs besoins. Tout en félicitant les bénéficiaires, il leur a rappelé l’importance d’une bonne
gestion de ces fonds.

Pour une rentabilité économique et durable

Pour sa part, le ministre de l’Agriculture, des Aménagements hydroagricoles et de la Mécanisation, Salifou Ouédraogo, a souligné que cette remise des conventions s’inscrit dans la volonté du gouvernement de diversifier l’agriculture à partir des chaînes de valeurs présentant un avantage comparatif.

Cela, a-t-il poursuivi, dans le but d’améliorer la soutenabilité, de promouvoir une transformation structurelle et, en définitive, de créer davantage de valeur ajoutée. Il est donc, a-t-il dit, légitime que le département en charge de l’agriculture à travers ce projet engage aussi des actions pour soutenir la transformation et la commercialisation des produits agricoles dont le riz qui devient de plus en plus une denrée de première consommation au Burkina Faso, a poursuivi le ministre Salifou Ouédraogo.

Le ministre a, par ailleurs, remercié le Fonds international de développement agricole (FIDA), bras financier dudit projet, pour sa contribution à l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, ainsi qu’à l’accroissement des revenus des ménages ruraux. Salifou Ouédraogo a également exhorté les bénéficiaires à une gestion « rigoureuse » de cet accompagnement du PAPFA pour une rentabilité économique et durable de leurs microentreprises rurales. La porte-parole des bénéficiaires, Assita Toé, a salué le projet pour son accompagnement. Elle a rassuré quant à l’utilisation efficiente des fonds reçus. Pour rappel, le Projet d’appui à la promotion des filières agricoles (PAPFA) entend améliorer durablement la sécurité alimentaire et les revenus des exploitations agricoles intervenant dans la production et la valorisation de produits dans les filières : maraîchage, niébé, et sésame.

Boudayinga J-M THIENON
boudayinga1940@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.