Canton de Karaborola : Difan-Bgar fête ses nouvelles récoltes

La IIIe édition de Difan-Bgar ou fête des nouvelles récoltes s’est tenue, le samedi 10 avril 2021 à Labora, dans le canton de Karaborola, situé sur l’axe Banfora Sidéradougou, sous le patronage du président de l’Assemblée nationale, Ibrahim Bala Sakandé. L’édition de 2021 était placée sous le parrainage de Madiara Sagnon, ministre déléguée chargée de la décentralisation et le Co-parrainage de Amadou Sirima, PDG de Siri produit.

Difan-Bgar en langue Kar ou langue des karaboro est la fête des nouvelles récoltes. A en croire sa Majesté Maouran, chef du canton du Karaborola, le Difan-Bgar est un cadre de promotion culturelle, de divertissement et d’intégration des populations du canton de Karaborola qui compte en son sein plusieurs groupes ethniques. Cette activité se veut également le lieu de sensibilisation des populations du canton aux questions de valorisation de leur culture, aux questions de développement socio-économique et aux questions d’actualité telles que celles liées à la sécurité et à la COVID-19.

Se voulant un apport à la promotion des arts et de la culture du canton de Karaborola, elle offre, de son avis, une opportunité de contribuer à l’insertion socio- professionnelle des jeunes à travers la culture et l’agriculture, le mieux-vivre ensemble et de cohésion sociale. La IIIe édition du Difan-Bgar, c’est aussi des rencontres d’échanges en vue des recherches sur l’histoire du canton, ses peuples, ses chefs, ses figures emblématiques dans des domaines variés comme les arts, la culture, des faits marquants la mémoire collective. Le canton de Karaborola, faut-il le rappeler, est un grand espace multiculturel qui comprend, de nos jours, 114 villages et de nombreux hameaux de cultures, touchant près de la moitié de la province de la Comoé. Plus d’une dizaine de groupes socio-ethniques y cohabitent dont les Karaboro, Tiéfo, Komono, Dogossè, Sénoufo, Toussian, Dioula, Turka, Gouin, Bobo, Mossi, Peulh, Samo, et des parents à plaisanteries que sont les lobi, Dagara, Djan, Gan, Birifor et autres. Les Karaboro étant le groupe ethnique majoritaire dudit canton.

Deux forages et un million francs CFA offerts par le PAN

Sa Majesté, Maouran Sagnon, chef de canton de Karaborora, dans son intervention a traduit toute sa reconnaissance à son excellence Bala Sakandé, Président de l’Assemblée nationale et les membres du gouvernement dont Harouna Kaboré, ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Maminata Traoré, ministre déléguée chargée de la recherche scientifique et de l’innovation, Aimé Zongo ministre délégué chargé des mines et des carrières pour leur présences effectives et leur accompagnement et soutien pour le succès de cette activité. Sans conteste, Ibrahim Bala Sakandé, Président de l’Assemblée nationale, patron de la cérémonie a, sans nul doute, rehaussé l’éclat de la cérémonie de par sa présence. Il a salué et félicité le chef de canton du Karaborola pour cette belle initiative. Pour Bala Sakandé, Difan-Bgar est un cadre fédérateur qui contribue au développement socioéconomique, à la cohésion sociale et au mieux vivre-ensemble. «Il fallait que je vienne constater de visu ce que sa Majesté Maouran fait dans son canton », a lancé le patron de l’édition 2021 de Difan-Bgar. Et pour joindre l’utile à l’agréable, le président de l’Assemblée nationale a offert deux forages et un million francs CFA au canton. Quant à la marraine, Madiara Sagnon et au co-parrain Amadou Sirima, PDG de Siri produit, ils ont tous salué cette initiative, et ont aussi exprimé leur entière satisfaction pour la mobilisation de la population.

Au cours de la cérémonie, le chef de canton n’a pas manqué d’évoquer les préoccupations auxquelles font face les populations de son canton. Il s’agit du manque d’eau potable, de l’insuffisance d’infrastructures dans l’espace cantonal dans le secteur de l’éducation, le problème de l’orpaillage et ses conséquences sur les jeunes, sur la cohésion dans les villages, sur la santé et l’éducation. Selon sa Majesté Marouan, « le seul barrage qui existe dans cette vaste zone de près de la moitié de la Comoé, est celui de Tiéfora, qui date depuis des années 1960 et est aujourd’hui ensablé ». Le Chef Marouan s’est appesanti sur plusieurs autres préoccupations se rapportant au bitumage de la route Orodara-Tiéfora-Sidéradougou-Gaoua et celle reliant Tiéfora à Banfora. La problématique de la question foncière n’a pas été occultée par le chef de Karaborola et ce phénomène, a-t-on dit, a même pris de l’ampleur dans le canton, voir la région entière durant ces dernières années. Au regard de cette situation préoccupante, «la chefferie dans la région des Cascades envisage une grande rencontre sur la question » ; a laissé entendre le chef de canton.

Mamadou YERE
AIB/Comoé

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.