Relevé bimestriel : L’ONEA propose un scénario de facturation consensuelle

Le directeur général de l’ONEA, Frédéric François Kaboré : « L’avantage de ce nouveau système corrige l’estimation qui causait des difficultés. Le client peut lui-même suivre les relevés qui sont faits ».

L’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA) a organisé, les 14 et 15 avril 2021 à Koudougou, un atelier-bilan de la mise en œuvre du relevé bimestriel.

«Le Relevé bimestriel (RBM), perspectives pour améliorer la satisfaction des clients ». C’est sous ce thème que les acteurs de la nationale de l’eau, les associations des consommateurs, la société civile, des journalistes et autres influenceurs ont fait le point des plaintes liées à la facturation et proposer un scénario de facturation consensuelle, les 14 et 15 avril 2021 dans la cité du Cavalier rouge. Deux thématiques ont été abordées sur l’examen des scénarii et des propositions pour une amélioration de la satisfaction de la clientèle.

Après une analyse comparée des différents scénarii, tels, le scénario 1 qui est le RBM actuel, le scénario 2 avec révision des tranches à la hausse et le scénario 3 de l’ONEA qui est le RBM avec la consommation repartie sur deux mois, c’est ce dernier scénario qui a été retenu comme alternative crédible. Sur la communication portant sur la plainte des clients, des points d’insatisfaction ont été soulignés. Il s’est agi des longs temps d’attente, la mauvaise qualité de l’accueil et la mauvaise gestion de la file d’attente. Les coupures d’eau fréquente, la baisse de pression, la qualité de l’eau et les fuites n’ont pas été occultées.

Le directeur général de l’ONEA, Frédéric François Kaboré, a noté que même si des efforts déployés par sa structure et le gouvernement pour rattraper l’insuffisance de départ ont contribué à améliorer la compréhension du système et la réduction du nombre de plaintes, force est de constater que les plaintes persistent. A l’entendre, le scenario 3, retenu sera soumis aux autorités compétentes, afin que des mesures adéquates soient prises. «Nous avons adopté le scénario 3. Il consiste à relever une fois tous les deux mois et diviser cette consommation par deux, en appliquant le tarif en cours.

Nous allons remettre les deux factures en même temps, avec des périodes différentes de règlement, pour permettre aux clients de payer une première facture d’abord et payer la deuxième facture le mois prochain», a-t-il précisé. Pour lui, ce système sera accompagné par une fiabilisation des relevés, en essayant de le rendre crédible avec des appareils plus conséquents, pour que l’ONEA puisse donner plus de confiance aux clients. «Nous allons photographier le compteur avec son index et le client pourra lui aussi le vérifier », a noté M. Kaboré.

Plus de 100 mille kits de branchement en stock

Les participants ont fait des propositions sur l’amélioration du relevé bimestriel au bonheur
des clients de la nationale de l’or bleu.

Pour le responsable des marchés publics de l’ONEA, Adama Traoré, parler de relevé, c’est d’abord faire appel au système de comptage et à ce jour, l’ONEA dispose, a-t-il confirmé, d’un stock assez consistant, pour permettre de faire des branchements dans des délais. Il a indiqué que pour les questions d’extension de réseaux, des marchés ont été attribués à des entreprises qui sont en cours d’exécution. M. Traoré a fait savoir que courant 2019-2020, plus de 100 mille kits de branchement sont en stock. « Le manque de kits de branchements et de stocks à l’ONEA relève de l’histoire en matière d’approvisionnement. Nous sommes présentement dans une logique de prospecter des compteurs intelligents.

Nous pouvons relever à distance ces compteurs. S’il y a des anomalies, le compteur transmet l’information au client à travers des sms sur son téléphone», a-t-il confié. Il a souligné qu’il y a de l’intoxication au sein de la population, car ils sont nombreux, selon lui, ceux qui critiquent, alors qu’ils ne possèdent aucun compteur. « Cette intox n’est pas favorable à ce que nous ayons un climat assaini, pour nous permettre de travailler et de satisfaire au mieux nos clients», a-t-il martelé. Au cours de cet atelier-bilan, des recommandations ont été formulées au nombre desquelles, l’élaboration et la mise en œuvre d’outils modernes et fiables de relevés sur le terrain, l’élaboration d’un plan de communication adéquat pour permettre une adhésion du public à tout nouveau système de relevés et de facturation et un lobbying auprès des politiques pour porter l’innovation proposée.

L’activiste Assita Dramé, par ailleurs participante, a avoué ne pas être satisfaite, car beaucoup de questions restent toujours en suspens. Elle s’est posée la question de savoir qu’un client qui reçoit sa facture de 2500 F CFA à chaque fin du mois, normalement s’il doit payer en deux mois, cette facture ne devrait pas dépasser 5000 F CFA, mais malheureusement il peut se retrouver avec des factures de plus de 50 000 F CFA. « Il y a un véritable problème sur les surfacturations que l’ONEA doit revoir. C’est comme si les techniciens de la structure ont installé de nouvelles technologies qu’ils ne maîtrisent pas. Actuellement leur système n’est pas fiable », a-t-elle regretté.

Afsétou SAWADOGO

1 COMMENTAIRE

  1. Ahhhhhh onea n’a qu’à vraiment revoir leur système la hein….sinon ils finiront part la confiance de la clientèle….moi personnellement c’est dans ce moi d’avril la que j’ai reçu mes factures de décembre et de janvier avec déjà pénalité plus une somme colossale sur les factures

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.