Attaques à Seytenga : Le gouverneur du Sahel présente les condoléances aux familles des victimes

Le gouverneur de la région du Sahel, le colonel-major Salfo Kaboré, a demandé aux populations de collaborer avec les forces de défense et de sécurité.

Le gouverneur de la région du Sahel, le colonel-major Salfo Kaboré, s’est rendu à Seytenga, le mardi 4 mai 2021, pour présenter les condoléances du gouvernement aux familles des victimes et s’enquérir des conditions de vie des personnes déplacées internes.

A la suite de la double attaque des 26 et 27 avril 2021 dans deux villages du département de Seytenga, situé à 40 km de Dori et 10 km de la frontière nigérienne, le gouverneur de la région du Sahel, le colonel-major Salfo Kaboré, est allé s’enquérir des conditions de vie des Personnes déplacées internes (PDI) le mardi 4 mai 2021. Selon lui, il a fait le déplacement de Seytenga pour présenter les condoléances des plus hautes autorités burkinabè aux populations qui ont perdu des proches. Il a déploré que cette double attaque ait fait une vingtaine de morts.

Au-delà de la présentation des condoléances, le gouverneur Kaboré a estimé qu’il était crucial de venir s’imprégner des conditions de vie des PDI qui, dans la fuite, ont trouvé refuge dans la ville de Seytenga. Il a profité de son séjour dans la localité pour échanger avec les responsables des services déconcentrés ainsi que les représentants des PDI. « Le plus urgent pour ces déplacés, c’est de leur donner à manger et à boire. Les services de santé et de l’action humanitaire sont déjà sur le terrain pour leur porter assistance. Le plus dur est de leur trouver des abris avant les premières pluies », a indiqué le colonel-major Kaboré.

Au cours des échanges, les PDI ont souhaité retourner dans leurs villages pour récupérer leurs biens, vivres et animaux. Face à cette préoccupation, le gouverneur de la région du Sahel a souligné qu’il ne veut pas faire de fausses promesses. Pour lui, les besoins pressants consistent à soulager les déplacés en leur apportant vivres, soins et abris et au fur et à mesure que la situation évolue sur le terrain, leurs préoccupations trouveront solution.

2 999 déplacés enregistrés

Parmi les déplacés, on remarque plus de femmes et d’enfants.

A en croire le préfet de Seytenga, Sylvain Bicaba, à la date du 30 avril 2021, 2 999 personnes, constituant 442 ménages, ont été enregistrées dans la ville de Seytenga. En termes d’assistance, il a déclaré que la direction régionale de Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire du Sahel a soutenu ces PDI avec 119 tonnes de vivres, composés de riz, de maïs, de 15 cartons de savon et deux cartons de lampes solaires.

En outre, le préfet a mentionné que le Conseil des unions du Sahel (CRUS) a soulagé les déplacés avec 100 tonnes de mil. Mieux, il a informé que le député Saïdou Maïga a également offert 50 tonnes de mil et de maïs. A la date du 4 mai 2021, le préfet a fait savoir que la distribution a débuté et 74 ménages ont reçu leurs vivres. « Sur le plan sanitaire, depuis l’arrivée des déplacés, notamment les femmes enceintes et les enfants malnutris bénéficient d’une prise en charge.

Dans le domaine de l’élevage, le village de Yakatou qui est la principale zone de pâture est inaccessible. Au poste vétérinaire, 9 éleveurs ont signalé la disparition de 892 bovins, 1134 ovins et 932 caprins », a expliqué le préfet de Seytenga. Aux dires de Sylvain Bicaba, le secteur de l’enseignement primaire est affecté par cette situation avec la fermeture de 9 écoles concernant 643 élèves dont 74 candidats au Certificat d’études primaires (CEP).
A l’issue de la rencontre, le gouverneur a visité les services de police, des douanes, de gendarmerie, de l’environnement pour toucher du doigt leurs préoccupations.
A chaque étape, il a félicité et encouragé les agents pour le travail malgré les conditions difficiles.

Souaibou NOMBRE
Snombre29@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.