Crise scolaire : le lycée Zinda fermé « jusqu’à nouvel ordre »

Le conseil des ministres s’est tenu, le 24 mai 2021 sous la présidence du chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré. Plusieurs dossiers, dont celui relatif à la crise scolaire, ont été examinés et des décrets adoptés.

L’annonce des réformes scolaires a suscité de violentes manifestations et des actes de vandalisme au sein de certains établissements scolaires. Comme il fallait s’y attendre, cette crise au sein du système éducatif était à l’ordre du jour du conseil des ministres du lundi 24 mai 2021, présidé par le chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré. Le ministre de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales, Stanislas Ouaro, a, en effet, fait le point des évaluations scolaires du troisième trimestre dans l’ensemble des établissements scolaires du pays. Sur les 4 453 établissements que compte le pays des Hommes intègres, il a indiqué que 697 n’ont pas pu faire les évaluations du troisième trimestre du fait des manifestations des élèves, soit un taux de réalisation de 84,37%. Au regard de ces données, le conseil a pris des décisions concernant l’achèvement de l’année scolaire 2020-2021.

Il s’agit, aux dires du ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Ousséni Tamboura, de faire en sorte que les établissements qui ont réalisé toutes leurs évaluations puissent tenir leur conseil de classe et libérer les élèves des classes intermédiaires. « Pour les établissements n’ayant pas réalisé toutes les évaluations, ils devront poursuivre les activités pédagogiques jusqu’à la fin des cours fixée au 17 juin 2021 aussi bien pour les classes d’examens que les classes intermédiaires », a-t-il annoncé.
Le lycée Philippe-Zinda-Kaboré ayant subi des dégâts « critiques » quant à son fonctionnement, va demeurer fermé « jusqu’à nouvel ordre » sur décision du conseil des ministres.

Outre la situation scolaire, la réconciliation nationale était également à l’ordre du jour de ce conseil des ministres avec l’adoption d’un décret portant création et attributions d’un Conseil national d’orientation et de suivi de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale. Présidé par le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, ce conseil aura pour attributions de donner des avis sur les sujets liés à la réconciliation nationale et à la cohésion sociale et de faire des orientations sur la tenue du forum national sur la réconciliation. Par ailleurs, il devra faire des propositions sur les politiques et stratégies liées aux dossiers relatifs à la réconciliation nationale. La mise en place de cette structure constitue, selon le porte-parole du gouvernement, un pas supplémentaire dans le processus de réconciliation nationale.

Des informations « utiles » sur le Hadj 2021

Le Hadj 2021 s’est également invité au conseil des ministres de ce 24 mai. Le ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Clément Sawadogo a, en effet, fait part au conseil, d’informations « utiles » que le Consul général du Burkina Faso en Arabie saoudite a partagées avec lui. Il s’agit de l’obligation pour les pèlerins de l’intérieur de recevoir deux doses de vaccin contre la COVID-19 avant le deuxième mois de l’hégire qui correspond au 11 juin 2021. Selon les explications du porte-parole du gouvernement, cette exigence concerne également les pèlerins de l’étranger qui doivent aussi recevoir deux doses de vaccins reconnus par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). « La deuxième dose doit être reçue une semaine avant la date d’entrée dans le royaume d’Arabie saoudite », a-t-il précisé. Par ailleurs, il sera exigé à tous les pèlerins, la présentation d’un test COVID négatif de 72 heures avant l’arrivée en Arabie saoudite. « Un isolement de 72 heures sera également imposé dès l’arrivée en terre saoudienne et un autre test COVID réalisé 48 heures après le débarquement », a fait savoir le ministre Tamboura.

Par ailleurs, le conseil a été informé de l’état d’avancement des préparatifs de la 27e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) qui se tiendra du 16 au 23 octobre 2021. A la date du 31 mars 2021, ce sont 1 132 films provenant de 50 pays d’Afrique, d’Asie et d’Europe qui ont été enregistrés. 32 personnalités vont constituer les sous-jurys et 10 salles de cinéma dans la ville de Ouagadougou abriteront les projections.

Nadège YAMEOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.