Crise scolaire : Des élèves exigent la réouverture du lycée Zinda

Selon le porte-parole de l’AESO, Madi Ouédraogo (micro), on assiste à une dégradation progressive du système éducatif.

Le comité exécutif de l’Association des élèves du secondaire de Ouagadougou (AESO) a organisé, le jeudi 27 mai 2021, une conférence de presse pour donner
sa version de ce qui s’est passé au lycée Philippe- Zinda-Kaboré.

L’Association des élèves du secondaire de Ouagadougou (AESO) n’est pas d’avis avec les réformes envisagées par le gouvernement. Dans une conférence de presse organisée, le jeudi 27 mai 2021, elle a estimé que ce sont des « réformes anti-élèves », que le département en charge de l’éducation veut introduire. Pour l’AESO, ces réformes remettent en cause les acquis. Selon le porte-parole de la structure, Madi Ouédraogo, après plusieurs tentatives de rencontrer leur ministre de tutelle, Stanislas Ouaro et face à son
« silence méprisant » face aux préavis de grèves déposés, dont la dernière était prévue pour la période allant du 29 avril au 1er mai 2021, les élèvent ont protesté contre les mesures. « Mais une répression barbare et aveugle s’est abattue sur les élèves partout où ils ont manifesté à travers le pays », a-t-il dit.

Précisant que pour le cas du lycée Philippe-Zinda-Kaboré, cette «barbarie » s’est poursuivie jusqu’au 17 mai 2021. «Ce jour-là, des cargos de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) ont envahi la cour du lycée et ont abattu une répression féroce sur les élèves », a expliqué le porte-parole de l’AESO. Pour lui, le ministre en charge de l’éducation est le « seul responsable » des faits qui se sont produits. « Notre structure est bien organisée et chaque fois que nous décidons de marcher, nous prenons les dispositions pour éviter les débordements », a affirmé l’élève Ouédraogo. Par ailleurs, la structure a mis en garde le gouvernement quant à la suite qui sera donnée à leurs exigences.

Il s’agit de l’annulation pure et simple du décret portant sur les réformes des examens du Baccalauréat, le maintien des deux sujets au choix en histoire-géographie et en SVT, la libération immédiate et sans condition de tous les élèves détenus à la MACO et autres lieux de détention. Il y a également la prise en charge complète des blessés par le gouvernement, l’arrêt immédiat de la « répression sous toutes ses formes » sur les élèves en lutte mais aussi, les poursuites policières et les arrestations, la réouverture du lycée Zinda et le respect des franchises scolaires.

« Cette conférence n’est que le début d’un bras de fer. Nous allons informer la base et recueillir leur avis sur la suite des actions à mener », a-t-il prévenu. Avez-vous un récépissé ? En réaction à cette question, le porte-parole a indiqué que l’AESO n’a pas pu renouveler son récépissé, car son comité exécutif ne l’a pas été. Il dit regretter que le ministre de l’Education ait reçu contrairement à eux, des structures qui n’en disposent pas.

Donald Wendpouiré NIKIEMA
tousunis.do@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.