Météo : Une « bonne » saison des pluies en vue

Le DG de l’ANAM, Joël Zoungrana, a recommandé aux populations d’éviter les zones inondables.

L’Agence nationale de la météorologie (ANAM) a organisé une conférence de presse, le jeudi 27 mai 2021, à Ouagadougou, pour présenter les résultats de la prévision saisonnière des pluies et des agro-climatiques de la campagne de l’année en cours.

La saison des pluies s’annonce relativement bonne. C’est ce qui est ressorti de la conférence de presse de présentation des résultats de la prévision saisonnière des pluies et des agro-climatiques de la campagne de l’année en cours, organisée par l’Agence nationale de la météorologie (ANAM), le jeudi 27 mai 2021.

Selon les experts en prévision saisonnière à l’ANAM, Grégoire Baki et Thomas Béré, qui ont livré les résultats, de juin à septembre, il est attendu des cumuls pluviométriques supérieurs à la moyenne établie sur la majeure partie du pays « Des cumuls proches de la moyenne avec une tendance excédentaire sont prévus dans les parties Sud-Ouest et extrême Est du pays », a déclaré l’expert Baki. Son collègue Béré a précisé que la fin de la saison des pluies pourrait être également normale avec une tendance tardive sur l’ensemble du territoire. Par ailleurs, les conférenciers ont fait des recommandations pour minimiser les risques d’inondation, de maladies phytosanitaires et de sécheresse.

A propos des risques d’inondation, le Directeur général (DG) de l’ANAM, Joël Zoungrana, a recommandé aux populations d’éviter l’occupation des zones inondables, de semer du mil, du maïs, du niébé, du sésame et du sorgho dans les zones inondables. Il a surtout exhorté les autorités à curer les caniveaux pour faciliter l’évacuation des eaux de pluie, assurer la maintenance des barrages et des infrastructures routières, sensibiliser les populations des zones exposées aux risques d’inondation, prévoir des sites d’accueil pour les populations exposées et réserver les bas-fonds principalement pour le riz pluvial.

Concernant les risques de maladies dans les localités humides ou inondables, l’ANAM a conseillé de prévoir des stocks de moustiquaires, d’antipaludéens, de produits de traitement de l’eau, de vacciner les animaux en vue de prévenir les épizooties à germes et de renforcer la vigilance contre le choléra, la malaria, la dengue et la bilharziose.

Pour ce qui est du risque phytosanitaire et de sècheresse, les conférenciers ont souhaité que les autorités prennent des mesures pour renforcer la surveillance vis-à-vis d’une éventuelle invasion acridienne dans le pays et renforcer la vigilance contre les phytopathologies et les ravageurs des cultures. Par ailleurs, le DG de l’ANAM a recommandé aux agriculteurs, éleveurs, autorités, projets et ONG, d’augmenter les superficies des exploitations agricoles, de soutenir le déploiement de techniques d’augmentation de rendements des cultures à travers l’apport des fertilisants et de faciliter l’accès des semences améliorées aux producteurs.

Gaspard BAYALA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.