Valorisation des résultats de la recherche : des journalistes outillés

L’Association des journalistes et communicateurs scientifiques du Burkina Faso (AJCS/BF) a échangé avec des professionnels des médias sur la Stratégie nationale de valorisation des technologies, inventions et innovations (SNVTII), le lundi 7 juin 2021, à Ouagadougou.

Les journalistes jouent un rôle important dans la mise en lumière des fruits de la recherche scientifique. En effet, l’Association des journalistes et communicateurs scientifiques du Burkina Faso (AJCS/BF), en collaboration avec l’Agence nationale de valorisation des résultats de la recherche et des innovations (ANVAR), a échangé sur la question avec eux, le lundi 7 juin 2021, à Ouagadougou.

Le FRSIT 2021 du 26 au 30 octobre prochain

Ce sont des communications sur la Stratégie nationale de valorisation des technologies, inventions et innovations (SNVTII) et le 13e Forum national de la recherche scientifique et des innovations technologiques (FRSIT) qui ont été présentées aux médias. Pour le Directeur général (DG) de l’ANVAR, Dr Louis Sawadogo, tous les pays qui se sont développés ont exploité les résultats de leurs recherches. A ce propos, selon lui, les professionnels des médias doivent disposer d’une information large, juste et précise. Parlant du FRSIT 2021, sa directrice, Dr Aoua Bambara/Congo, a indiqué qu’il est biennal et célèbre cette année son XXVe anniversaire. Et le DG de l’ANVAR de rappeler que le FRSIT est un forum pionnier dans la sous-région ouest-africaine et francophone sur les thématiques de la recherche scientifique, des inventions et des innovations. «Votre apport est capital pour son rayonnement », a-t-il lancé aux hommes et femmes de médias. La XIIIe édition du FRSIT, a informé Dr Aoua Bambara/Congo, se tiendra du 26 au 30 octobre prochain, sous le thème : « La recherche scientifique et l’innovation au service de l’entrepreneuriat et l’employabilité des jeunes dans la sous-région ouest-africaine ». Elle a soutenu que le FRSIT est une grande instance institutionnalisée par décret
n° 95-374/PRES/MESSRS du 19 septembre 1995.

« C’est un grand événement qui rassemble diverses institutions nationales, régionales et internationales pour des échanges scientifiques et l’exposition des résultats de la recherche et de l’innovation dans l’esprit de la coopération scientifique en Afrique et de l’intégration régionale », a-t-elle déclaré. Ce forum constitue, a relevé la directrice du FRSIT, un point focal permettant de faire bénéficier les populations, des acquis de la recherche et de l’innovation pour un développement durable du Burkina Faso. Lors des échanges, le coordonnateur de l’AJCS/BF, Karim Namoano, a plaidé pour que l’ANVAR et ses partenaires soutiennent les médias dans la production d’émissions en lien avec la recherche scientifique. Il a également sollicité la mise à disposition des journalistes d’un répertoire de données sur les résultats de la recherche. Les professionnels des médias ont évoqué le fait que certains chercheurs et innovateurs ne sont pas contents parce qu’ils sont ignorés. Face à cette situation, le cadre de l’ANVAR, Harouna Benao, a fait savoir qu’il y a parmi eux, des personnes qui ne font pas preuve de nouveauté dans leur travail. « Il faut inventer ce qui n’existe pas », a-t-il lancé en substance. La question des Organismes génétiquement modifiés (OGM) a été l’une des préoccupations des participants. Pour M. Bénao, il est difficile d’évoquer cette situation au Burkina Faso pour le moment. Car, à ses dires, pour créer un OGM, il faut mettre dix ans et au Burkina Faso, une durée de sept ans est accordée pour qu’un OGM puisse circuler. Créée le 22 octobre 2011, l’AJCS/BF est une initiative de journalistes scientifiques formés par la Fédération internationale des journalistes scientifiques (WFJS) à travers son programme SCOOP II.

 Boukary BONKOUNGOU

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.