Promotion des investissements : Des diplomates engagés à « vendre » le Burkina

Selon le ministre en charge du commerce, Harouna Kaboré, la complicité entre acteurs est indispensable pour tirer profit des investissements étrangers.

Le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat à travers l’Agence burkinabè des investissements (ABI), a lancé les activités du Réseau des points focaux pour la promotion et le suivi des investissements, le lundi 21 juin 2021, à Ouagadougou.

En vue d’atteindre son objectif de promotion et de facilitation des investissements étrangers au Burkina Faso, le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat a compris la nécessité de travailler en synergie d’actions avec certains acteurs clés. C’est ainsi qu’à travers l’Agence burkinabè des investissements (ABI), il a mis en place un réseau de points focaux dans les représentations diplomatiques accréditées au Burkina Faso. Le réseau a été officiellement lancé, le lundi 21 juin 2021, à Ouagadougou. Aux dires du ministre en charge du commerce, Harouna Kaboré, les attentes de son département vis-à-vis de ce réseau sont « immenses ».

En effet, a-t-il indiqué, ses membres auront pour mission principale de contribuer au renforcement des flux d’investissements directs étrangers entre leurs pays et le Burkina Faso en favorisant l’organisation commune de missions d’affaires et de prospection d’investisseurs dans les pays accrédités auprès du pays des Hommes intègres. Par ailleurs, a poursuivi le ministre, ils devront identifier, recenser et assurer le suivi et l’assistance nécessaire aux investisseurs originaires de leurs pays respectifs en vue de la concrétisation de leurs projets. Pour Harouna Kaboré, la complicité entre acteurs est indispensable, afin de permettre au Burkina Faso de tirer pleinement profit des investissements directs étrangers considérés comme un outil efficace de financement des Objectifs de développement durable (ODD) 2030.

Et ce, d’autant plus que « certains secteurs tels que l’agriculture, l’industrie, les mines, l’énergie et le tourisme regorgent d’immenses opportunités encore inexploitées ». Le ministre a donc invité les membres du réseau à servir de relais auprès des investisseurs de leurs pays respectifs pour véhiculer et transmettre l’information juste et les données économiques fiables sur les opportunités d’investissements et le climat des affaires au Burkina Faso. Pour sa part, il les a rassurés de son engagement et de celui de l’ensemble du gouvernement à œuvrer à leurs côtés afin de faire de ce réseau un outil incontournable au service de la diplomatie économique.

 Nadège YAMEOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.