Infrastructures urbaines à Manga : Trois chantiers financés par la Banque mondiale en cours

A la finition de l’ouvrage, la gare routière va abriter plusieurs aménagements.

Le Secrétariat permanent du Programme sectoriel des Transports (SP/PST) a initié, le mardi 22 juin 2021, une visite des chantiers de construction du marché de bétail, de mise à niveau de l’abattoir et de construction de la gare routière, des investissements financés exclusivement par la Banque mondiale dans le cadre du Projet de Transport et de Développement des Infrastructures urbaines (PTDIU).

Les travaux de réalisation d’infrastructures socio-économiques dans la ville de Manga, chef-lieu de la région du Centre-Sud, grâce à l’appui financier de la Banque mondiale, vont bon train. Une délégation du Secrétariat permanent du Programme sectoriel des Transports (SP/PST), conduite par son premier responsable, Daouda Diabaté et des autorités locales avec à leur tête la gouverneure du Centre-Sud, Josiane Kabré, ont pu faire le constat, mardi 22 juin 2021, sur les trois chantiers concernés. Il s’agit des sites de construction du marché de bétail, de mise à niveau de l’abattoir et de construction de la gare routière. Ces
réalisations entrent dans le cadre de la mise en œuvre du Projet de Transport et de Développement des Infrastructures urbaines (PTDIU), qui avait également assuré le bitumage de la route nationale 29 Manga-Zabré, longue de 79 kilomètres et dont l’inauguration officielle est intervenue le 24 avril 2021.

Pour les trois chantiers en cours, c’est un montant de 1 milliard 293 millions 188 mille 927 F CFA que l’institution de Bretton Woods a injecté au profit de « La Cité de l’épervier », selon les données officielles du SP/PST. De façon spécifique, le marché à bétail va nécessiter une dépense totale de 447 millions
730 mille 491 F CFA. L’infrastructure, dont la réalisation est confiée au groupement d’entreprises ANAYI SARL, va, entre autres, disposer, selon les prévisions, de guérites et portiques, de blocs de boutiques, de magasin de stockage, d’un parking couvert, de logements pour agents vétérinaires, de box des gros ruminants et de la volaille.

La construction de la gare routière, évaluée à un coût total de 634 millions 823 mille 597 F CFA, va regrouper un ensemble de joyaux dont un bâtiment pour l’administration-guichet-infirmerie, des boutiques, une guérite et portique d’entrée, un abris bus hangar d’attente, un parking couvert, des latrines et des espaces de prières et d’ablutions. PHOENIX est l’entreprise qui a en charge ces différents travaux. Concernant la mise à niveau de l’abattoir dont l’exécution est confiée à
l’entreprise commerciale Mahamadi, il est prévu un montant total de 210 millions 634 mille 839 F CFA pour la réalisation, entre autres, d’une chambre froide, de la clôture du site, de deux aires d’abattage pour porcins et ruminants et d’un château d’eau métallique.

Satisfecit général

Le futur marché de bétail est un investissement structurant, selon les visiteurs.

A l’issue de la tournée, le SP/PST, Daouda Diabaté, s’est réjoui de constater le démarrage effectif des
travaux sur l’ensemble des trois sites, même si les chantiers accusent un retard par rapport au délai contractuel. Entamé le 21 septembre 2020, la construction de la gare routière connaît, à titre d’exemple, un taux d’avancement global des travaux de 9,58% contre un délai consommé de 38%. La mise à niveau de l’abattoir et la construction du marché de bétail démarrées simultanément, le 15 février 2021 pour un délai initial de cinq mois sont aussi à la traîne. Pour le chef de projet à l’Agence de Conseil et de maîtrise, d’ouvrage déléguée en bâtiment et aménagement urbain (ACOMOD Burkina), Guezouma Sana, les différents retards s’expliquent par les difficultés pratiques rencontrées au démarrage des activités notamment la libération des sites.

Mais à ce jour, elles ont été surmontées et M. Sana se veut rassurant. « C’est vrai que le taux n’est pas très reluisant mais compte tenu du fait que tous les ouvrages sont actuellement sortis du sol, les travaux vont aller plus vite », a-t-il dit. Le premier adjoint au maire de Manga, Joseph Tondé, s’est félicité de l’investissement de la Banque mondiale dans des projets structurants au profit des populations de Manga. « En tant que bénéficiaires, nous ne pouvons que dire merci », a-t-il lancé à l’endroit du partenaire financier. La gouverneure du Centre-Sud, Josiane Kabré, a aussi salué l’engagement de l’Etat et son partenaire de Bretton Woods pour les efforts consentis pour le bien-être des populations locales. «Ce sont des infrastructures marchandes qui vont générer des ressources pérennes pour la mairie et à ce titre nous voulons saluer leur réalisation », a confié Josiane Kabré.

Outre l’abattoir, la gare routière et le marché de bétail, les investissements dans le cadre du PTDIU prévoient pour la ville de Manga, l’aménagement d’un périmètre maraîcher à proximité du barrage de la ville.
Le projet, pour l’heure, est, encore, au stade de passation de marché pour le recrutement de l’entreprise et de la mission de contrôle chargées des travaux, a informé le SP/PST. Le site prévu accueillir la réalisation a également été visité par la délégation du SP/PST et des autorités locales.

Mamady ZANGO
mzango18@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.