Systèmes indépendants de stockage d’énergie : Une feuille de route restituée

La responsable de financements des infrastructures pour l’Afrique sub-saharienne, Adiaratou Bah, au sein de la SFI a exprimé sa satisfaction au regard des travaux déjà réalisés.

La Société financière internationale (SFI) a organisé un atelier de restitution de la feuille de route pour des systèmes indépendants de stockage d’énergie au Burkina Faso, le lundi 28 juin 2021, à Ouagadougou.

Au regard des projets d’énergies renouvelables en cours, visant à porter le taux de pénétration des énergies renouvelables à 30% dans l’offre énergétique nationale, une étude de stabilité du réseau électrique du Burkina Faso pour l’intégration de la production solaire a été réalisée. A cet effet, un atelier a été organisé pour la restitution de la feuille de route pour les systèmes de stockages d’énergie, le lundi 28 juin 2021, à Ouagadougou. Selon le représentant du ministre de l’Energie, des Mines et des Carrières, son directeur de cabinet, Idrissa Konditamdé, cette étude entrant dans le cadre de l’appui technique et financier de la Société financière internationale (SFI) permettra au Burkina Faso de définir une feuille de route pour le déploiement des systèmes indépendants de stockages d’énergie planifiés d’une capacité de 60-70 MW (160-220 MWH), afin d’accroître son offre énergétique. « Le Burkina Faso est l’un des pays de la sous-région ayant une forte croissance de la demande avec un taux de croissance annuel de 8% vers 2030 et le pic de la demande pour 2025 est estimé à 615 MW sans les industries extractives »,
a-t-il expliqué. Relever le défi du développement économique et social, exige de garantir une offre permanente d’électricité à moindre coût, a laissé entendre Idrissa Konditamdé.

Mobiliser le potentiel énergétique

Le directeur de cabinet du ministre en charge de l’énergie, Idrissa Konditamdé : « J’invite les participants à faire des propositions pertinentes pour améliorer les documents soumis à leur appréciation ».

D’où, d’après lui, l’engagement du ministère en charge de l’énergie à mobiliser le potentiel énergétique national et de le mettre en valeur en accordant une attention particulière au développement des énergies renouvelables, notamment l’énergie solaire et les systemes de stockage d’énergie. « C’est pour contribuer à la construction des bases d’un meilleur accès à des services énergétiques modernes, abordables et fiables que la SFI a financé cette étude qui permettra un déploiement planifié du stockage au Burkina Faso », a expliqué le directeur de cabinet du ministre en charge de l’énergie. A l’entendre, il s’agira de présenter plus précisément les conclusions des études techniques réalisées par le consultant, les avantages et les modèles de participation du secteur privé dans le secteur de l’énergie et de proposer des solutions idoines pour des techniques de stockage d’énergie au Burkina Faso. De ce fait, il a invité les participants à faire des propositions pertinentes pour améliorer les documents soumis à leur appréciation afin de permettre ainsi une bonne mise en œuvre de cette feuille de route en faveur de la population burkinabè. Pour la responsable des financements des infrastructures pour l’Afrique sub-saharienne au sein de la SFI, Adiaratou Bah, elle s’est dit satisfaite des travaux déjà réalisés.

« La bonne collaboration entre les acteurs du secteur de l’énergie au Burkina avec à la tête le ministère de l’énergie et la SONABEL pour la définition d’une feuille de route opérationnelle pour des systèmes indépendants de stockage d’énergie est très prometteur », a-t-elle soutenu. Selon elle, ce travail est aligné avec la stratégie dans le domaine de l’énergie 2019-2023 du Burkina Faso qui vise notamment à renforcer l’offre de l’énergie. En effet, la réduction du coût des batteries de stockage d’énergie présente une opportunité innovante pour assurer la sécurité énergétique et participer à la réduction du coût énergétique. « Ce soutien de la SFI au financement du secteur privé s’inscrit dans le cadre de l’action globale du groupe de la Banque mondiale dont la stratégie pour le sahel conditionne de doubler le taux d’accès à l’énergie d’ici à 2025 », a-t-elle déclaré. Pour elle, la SFI est davantage engagée à accompagner le Burkina Faso, dans la définition d’une stratégie de développement d’infrastructures de stockage d’énergie et à financer les opportunités d’investissement du secteur privé qui en découlent.

Boukary BONKOUNGOU
Sidwaya Ida OUEDRAOGO
(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.