Financement de la planification familiale: Les collectivités territoriales à la traine

Les résultats d’une étude commanditée par l’ABBF, présentée le vendredi 2 juillet 2021, montrent que le niveau de financement de la planification familiale dans deux régions du Burkina, Centre-Sud et Centre-Ouest, durant la période 2017-2021 est quasiment nul, 0,01% des budgets.

 L’allocation budgétaire des collectivités territoriales pour la Planification familiale (PF) n’est pas satisfaisante. Les engagements pris par le Burkina Faso dans FP2020 sont loin d’être atteints.   «Amener d’ici à 2020, 50% des collectivités territoriales à inscrire une ligne dans les budgets communaux pour le financement des activités de PF à partir de 2018 », tel était l’engagement n°2 du pays. En effet, une étude commanditée par l’ABBEF dans deux régions du Burkina à savoir le Centre-Ouest et le Centre-Sud donne des résultats peu encourageants. Au Centre-Ouest, sur la période 2017-2021, très peu de communes ont alloué des ressources financières en faveur de la PF. Deux communes, Koudougou et Soaw sur les 38 collectivités que compte cette région ont alloué des ressources à la PF. Ainsi, l’analyse révèle que sur la période de 2017-2021, le cumule des budgets de ces 38 mairies est estimé à plus de cinquante milliards F CFA alors que la part réservée à la promotion de la PF est de 6 millions F CFA soit un taux de 0,012%. Quant à la région du Centre-Sud, le constat est le même. Sur les 20 entités territoriales que représente cette région, Gaongo et Nobéré, ont alloué un budget à la PF. Le cumul des allocations de ressources financières en faveur des activités de PF dans les budgets des collectivités territoriales de cette  région, sur une période de 5 ans (2017 à 2021) est d’environ six millions F CFA prévu sur un total des budgets qui s’élève à plus de trente un milliard. L’étude révèle que la part réservée à la promotion de la PF est établie à 0,019% sur le cumul des budgets des 5 années. La réalisation de cette étude se justifie, selon la présidente de l’antenne ABBEF de Ouagadougou, Esther Ouédraogo, représentant le président national, par le besoin  de disposer de données factuelles sur le niveau de financement de la PF dans les budgets des communes. « Nous disposons aujourd’hui de deux rapports qui nous donnent de précieuses informations sur le niveau d’allocation des ressources allouées à la planification familiale dans les budgets des collectivités territoriales des régions du Centre-Sud et Centre-Ouest », a–t-elle dit. Pour le représentant du Groupe technique santé de la reproduction (GT/SR), Cheick Oumar Ouédraogo, cette étude initiée par l’ABBEF va permettre aux acteurs d’ajuster leurs actions de plaidoyer et d’échanger avec les partenaires des collectivités, des départements ministériels notamment le ministère de l’économie et des finances sur comment faire pour avancer sur cet agenda du plaidoyer budgétaire notamment en ce qui concerne l’inscription d’une ligne budgétaire en faveur de la santé de la reproduction/PF dans la nomenclature des budgets des collectivités. Des organisations de la société civile se sont inscrites dans le plaidoyer budgétaire, et cet outil leur sera un important apport de plaidoyer.

B.S.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.