Crypto-monnaies : Appel à une réglementation « urgente »

Les quatre commissions du parlement de la CEDEAO ont relevé le besoin de sensibiliser les populations à l’utilisation des monnaies numériques.

Le parlement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a clos sa réunion délocalisée de sa commission mixte à Ouagadougou, sur les crypto-monnaies, le vendredi 9 juillet 2021.

Les parlementaires de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sont unanimes : il faut « urgemment » réglementer l’utilisation des crypto-monnaies dans l’espace communautaire. C’est la conclusion à laquelle ils sont parvenus, le vendredi 9 juillet 2021 à Ouagadougou, après plusieurs communications sur les impacts positifs et négatifs de cette monnaie numérique sur les investissements dans les pays de la région, lors d’une réunion délocalisée de quatre commissions du parlement de la CEDEAO. Il s’agit des commissions « Administration, finances et budget », « Politique macroéconomique et recherche économique », « Comptes publics » et « Commerce, douane et libre circulation ».

A la clôture des travaux, le représentant du président de la Commission de la CEDEAO, Koffi Apraku, a signifié que la mondialisation, les menaces sécuritaires et la pandémie de la COVID-19 ont « clairement exposé » les limites des moyens de paiement existants dans la sous-région. Faisant référence à des mesures reprises par la banque centrale du Nigéria et l’agence sud-africaine des questions fiscales contre les crypto-monnaies, M. Apraku a estimé qu’il était devenu « extrêmement » nécessaire que le parlement de la CEDEAO initie cette discussion et écoute les opinions d’experts en la matière.

« Pour rendre nos économies plus fortes et les positionner pour faire concurrence aux autres régions, nous devons continuellement exposer de nouvelles technologies, innovations et systèmes financiers qui facilitent le commerce. Par conséquent, la clôture de cette conférence n’est pas une fin mais un nouveau point de départ », a-t-il fait savoir.

En clair, a expliqué Nouhoune Bida Youssoufou, député du parlement de la CEDEAO, au regard de la montée « inquiétante » de l’activité de cette monnaie dans la communauté, les représentants des populations de la sous-région ont formulé des recommandations. Ainsi, les parlementaires exhortent les chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO à prendre des « mesures urgentes » afin de protéger les épargnes des populations et la commission de la CEDEAO à un « suivi rigoureux » de ces mesures qui seront prises.

« Au parlement de la CEDEAO et dans nos parlements nationaux, nous avons recommandé de nous pencher sur la question, dans un premier temps, pour
sensibiliser les populations aux avantages et les inconvénients de cette monnaie numérique qui n’est pas régulée par une banque centrale », a-t-il soutenu. A l’entendre, il faudra donc s’attendre à une loi qui réglemente ces monnaies
électroniques. « Le domaine monétaire est complexe.

Il ne sera pas aisé d’avoir une loi communautaire si les banques centrales des huit pays ne
s’engagent pas. La conférence des chefs d’Etat et de
gouvernement amènera chaque Etat à s’engager pour faciliter le contrôle au niveau des
banques centrales des huit pays », a-t-il laissé entendre. Le parlement de la CEDEAO organisera dans 45 jours à Acrra au Ghana, a fait savoir, Nouhoune Bida Youssoufou, une plénière qui va se pencher sur la question.

Jean-Marie TOE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.