Attaques terroristes, marches de l’opposition : … « Rien ne peut nous ébranler », Simon Compaoré, président du MPP

Le président du MPP, Simon Compaoré, a insisté sur la nécessité pour les Burkinabè de s’unir afin de vaincre le terrorisme.

Les premiers responsables du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) étaient face à la presse, le lundi 12 juillet 2021, à Ouagadougou, pour partager leurs réflexions sur certains sujets de la vie nationale tels que la sécurité, la réconciliation nationale et le dialogue politique.

La lutte contre le terrorisme est une bataille collective qui se gagne dans la durée et dans l’unité. C’est ce, sur quoi s’est appesanti le président du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), Simon Compaoré, lors d’une conférence de presse, le lundi 12 juillet 2021 à Ouagadougou. Pour M. Compaoré, l’heure n’est pas à la division mais à l’union autour du président du Faso et des Forces de défense et de sécurité (FDS) pour vaincre l’hydre terroriste qui menace l’avenir de la Nation. Il a fustigé l’attitude de l’opposition qui, selon lui, s’attelle à des luttes politiciennes pendant que le sang des Burkinabè est versé.

Il en veut pour preuve, les marches des 3 et 4 juillet 2021 qui n’avaient pour seul objectif, à son avis, que de diviser le peuple. Tout en reconnaissant que la liberté de manifester est un droit, il a cependant noté que l’absence de résultats dans la lutte contre le terrorisme évoquée par l’opposition politique pour organiser ces sorties est loin d’être fondée. Parce que, a signifié Simon Compaoré, lors de sa « forte » déclaration à la Nation, à la suite de l’attaque de Solhan, le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a réaffirmé sa détermination et celle du peuple tout entier à combattre cet ennemi « lâche, pervers et sournois ».

C’est cette détermination, a-t-il poursuivi, qui a conduit au récent remaniement ministériel à la suite de laquelle le président lui-même a pris les rênes du ministère en charge de la défense. Tout en saluant cette action « forte » du chef de l’Etat, il l’a encouragé à
toujours aller de l’avant dans la prise de mesures « courageuses » afin d’assurer aux Burkinabè un minimum de quiétude et une confiance « sereine » en un avenir meilleur.

Entonner l’hymne de la cohésion

Pour sa part, Simon Compaoré a rassuré le chef de l’Etat, de l’engagement de tous les membres du parti à toujours se tenir derrière lui pour combattre ensemble ce phénomène qui menace l’existence même de l’Etat burkinabè. C’est à cet engagement aussi qu’il a invité l’ensemble des Burkinabè, peu importe leur obédience politique. « Le sens de responsabilité doit habiter tout un chacun et nous devons nous surpasser et dépasser les clivages, les différences et nos divergences pour sublimer les sentiments de patriotisme », a-t-il appelé.

Les journalistes ont demandé l’avis du MPP sur la suspension du dialogue politique par l’opposition.

Le président du MPP s’est dit convaincu que le pays sortira victorieux de cette guerre asymétrique si toutefois l’ensemble des Burkinabè entonnent l’hymne de la solidarité et de la cohésion. « Les peuples unis triomphent toujours. Seules les nations divisées périssent », a-t-il déclaré. Selon Simon Compaoré, le président du Faso a bien compris cette nécessité de s’unir et c’est pourquoi, il a placé son second mandat sous le signe de la réconciliation nationale. Une réconciliation à laquelle M. Compaoré et ses camarades ont dit apporter leur soutien total.

Il en est de même pour le dialogue politique engagé par le Chef de l’Etat. Sur cette question, le président du MPP a regretté la posture du Chef de file de l’opposition politique (CFOP) qui a suspendu de façon unilatérale sa participation aux discussions. Pour lui, ce geste traduit un manque d’honnêteté de la part de l’opposition en ce sens que la question sécuritaire a été abordée en long et en large lors des échanges. « Ceux qui ont pu assister aux discussions savent que nous avons eu droit à des communications de taille. Le chef d’état-major général des armées est intervenu longuement sur la question sécuritaire au Burkina Faso. Nous avons même eu des informations que les militaires ne donnent pas habituellement. Et après, nous avons eu la possibilité d’échanger », a-t-il fait savoir.

Déterminés à gagner

Au regard de tout cela, Simon Compaoré s’est dit surpris que l’opposition ait claqué la porte comme si la question sécuritaire n’avait pas du tout été abordée lors des échanges et qu’elle n’était pas une préoccupation pour eux. Du reste, il a rassuré le « camp d’en face » que la Majorité présidentielle reste disposée à poursuivre le dialogue.
« Nous sommes toujours sur la table du dialogue. Il appartient à ceux-là qui ont quitté de réaliser que c’était une erreur et de revenir », a-t-il estimé.

Sur la question de savoir si cette conférence de presse du parti au pouvoir est une réponse aux différentes marches de l’opposition et à ses sorties répétées, Simon Compaoré s’est voulu catégorique. « Dans nos rangs, il n’y a pas de défaitisme. Il n’y a que des gens déterminés à combattre et à gagner. Rien ne peut nous ébranler. Même pas ceux qui tapent et qui font couler le sang. Au contraire, c’est une façon de nous doper et de nous donner la conviction que les peuples qui résistent sont ceux qui finissent par triompher. Nous sommes de ceux-là », a-t-il soutenu.
Et d’ajouter que cette conférence de presse a été décidée bien avant les sorties de l’opposition.

Nadège YAMEOGO
Bintou SORE (Stagiaire)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.