Vaccination contre la COVID-19 : Le ministre de la Santé sollicite l’adhésion de l’Opposition

Le ministre de la Santé, Charlemagne Ouédraogo a plaidé l’intérêt de faire le vaccin.

Le ministre de la Santé, Charlemagne Ouédraogo, a sollicité le lundi 12 juillet 2021, l’engagement du Chef de file de l’opposition politique (CFOP) pour la réussite de la campagne de vaccination contre la COVID-19, lancé le 2 juin dernier.

31 671 personnes ont été vaccinées à la date du 10 juillet 2021, contre la
COVID-19 au Burkina Faso. Pour susciter un engagement communautaire en faveur de cette vaccination, le ministre de la Santé, Charlemagne Ouédraogo, a rencontré, le lundi 12 juillet 2021, le Chef de file de l’opposition politique (CFOP), Eddie Komboïgo. « Nous sommes venus voir le CFOP pour demander son accompagnement pour lutter contre la maladie », a déclaré le ministre Ouédraogo. Pour faire des progrès en matière de vaccination, a-t-il précisé, son département a besoin de l’implication de tout le monde.

A cet effet, le ministre a dit apporter l’argumentaire « nécessaire » pour un engagement du CFOP à la lutte contre la maladie. Le ministre a expliqué l’intérêt de la vaccination contre la COVID-19 qui continue d’endeuiller les populations tous les jours. Pour cela, a-t-il dit, le Burkina Faso ne doit pas rester en marge du combat mondial.
« Nous devons nous aligner afin que nous puissions, de par nos actions multiples et aussi avec la contribution du vaccin, débarrasser le Burkina Faso de la COVID-19 », a-t-il indiqué. Aussi, a-t-il poursuivi, le Burkina doit se ranger dans le combat de l’espace communautaire afin de lever la fermeture des frontières pour redonner un coup de souffle à l’économie.

« Nous avons deux heures durant, apporté toute l’information en rapport avec la maladie, les stratégies de lutte, en mettant un accent particulier sur la vaccination », a-t-il fait savoir. M. Ouédraogo a par ailleurs invité l’opposition politique à se faire vacciner pour montrer son engagement à soutenir les efforts du ministère. « Nous attendons une date pour que nous puissions déployer notre équipe pour vacciner le chef de file de l’opposition et ses camarades », a-t-il souhaité. Le Chef de file de l’opposition politique (CFOP), Eddie Komboïgo, a dit apporter son soutien au gouvernement si cela s’inscrit dans l’intérêt de la population.

Cependant, a-t-il précisé, le gouvernement doit prendre sa responsabilité de garantir aux populations que les vaccins qui sont envoyés au Burkina Faso sont de qualité. Et s’il y a des effets néfastes à la suite de la vaccination, qu’il assume, a-t-il lancé. Elle a aussi signifié que l’opposition veut se rassurer que l’ensemble des vaccins ont un taux de réussite de plus de 90 %. Car pour lui, l’Astra Zeneca est de l’ordre de 75% ce qui signifie que des recherches doivent se poursuivre pour parfaire davantage. « Une fois que nous aurions un vaccin de l’ordre de 95%, nous dirons que ce serait parfait pour nos
populations », a-t-il informé. A la suite du vaccin Astra
zeneca, le Burkina Faso attend bientôt les vaccins, Johnson-Johnson et Sinopharm.

Aly SAWADOGO
Yirnana Serge TAO

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.