Lutte contre le VIH/SIDA au Burkina : les acteurs en concertation pour mieux agir

Les partenaires de la réponse nationale à l’infection à VIH-SIDA au Burkina Faso tiennent du 13 au 15 juillet 2021 à Koudougou, leur retraite conjointe. Une occasion pour les acteurs œuvrant dans le domaine de réfléchir à une stratégie pour faire face aux défis.

Les acteurs intervenant dans le domaine de la lutte contre le VIH-SIDA au Burkina Faso sont réunis autour de l’ONU-SIDA à Koudougou pour réfléchir aux moyens d’harmoniser leurs actions en vue de faire face aux défis de la lutte contre la maladie. C’est à la faveur de la retraite conjointe des partenaires de la réponse nationale à l’infection à VIH-SIDA au Burkina Faso qui se tient du 13 au 15 juillet 2021 dans la « Cité du cavalier rouge ». Selon le Secrétaire permanent du Conseil national de lutte contre le SIDA et les IST (SP/CNLS-IST), Pr Smaïla Ouédraogo, cette rencontre offre une opportunité de concertation entre les principaux acteurs qui œuvrent dans le domaine de la lutte contre le VIH-SIDA et les infections sexuellement transmissibles.  Il s’agit notamment, a-t-il précisé, pour ces acteurs de voir comment les actions prévues dans le cadre de la lutte contre le VIH-SIDA peuvent être mises en œuvre de façon efficace, c’est-à-dire, coordonner leurs interventions sur le terrain pour répondre efficacement aux attentes des populations-cibles. Il a rappelé les défis du pays en lien avec la question.

« Le Burkina s’est aligné sur la dynamique globale qui est que d’ici à 2030, 95% des Burkinabè atteints de VIH doivent connaître leur statut et que parmi ces derniers, il y ait au moins 95% qui soient sous traitement. Enfin, que 95% de ceux qui sont sous traitement soient à des charges virales indétectables, c’est-à-dire qu’ils vivent normalement avec leur VIH comme vivrait un patient diabétique avec son diabète équilibré », a relevé le Pr Ouédraogo. De son avis, en ce qui concerne la première étape, le Burkina Faso n’a pas encore atteint 90% et pour la troisième le pays peine même à savoir où il en est. « Malgré la volonté du président du Faso qui a décidé la session passée que l’examen de la charge virale indétectable et les autres examens parallèles qui constituaient des frais pour les personnes vivant avec le VIH-SIDA soient gratuits, des difficultés existent », a fait savoir le SP/CNLS.

Atteindre les trois zéros

Le taux national est en-dessous de 1%, ce qui montre que des efforts sont faits par le gouvernement et ses partenaires. Mais le travail doit se poursuivre parce qu’il y a des poches au niveau de la population tels que les prisonniers, les travailleurs de sexes où le taux de prévalence reste encore élevé. La directrice-pays de l’ONUSIDA au Burkina, Félicité Nsabimana Ndimira, a fait savoir que la stratégie de son institution 2021-2026 intitulée : « Mettre fin aux inégalités, mettre fin au SIDA », donne des orientations pour mettre fin à l’épidémie du SIDA d’ici à 2030.

Cette stratégie mondiale de lutte contre le SIDA se fixe pour objectif de mettre fin aux inégalités qui empêchent de progresser vers la fin du SIDA. « Nous espérons que nos réflexions autour des priorités de la riposte et des stratégies au cours de cette retraite vont nous permettre d’atteindre nos objectifs », a-t-elle souhaité. Au cours de cette rencontre, elle fait savoir qu’il sera question de passer en revue le pas franchi en 2020 et les efforts à fournir en 2021 jusqu’en 2025 pour accélérer la mise à échelle de la prévention, du traitement et de la prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant. Mme Ndimira a salué l’ensemble des acteurs nationaux et internationaux impliqués dans la riposte au VIH/SIDA pour leur dévouement avant de les inviter à s’engager davantage en vue d’atteindre les objectifs des trois zéros « Zéro nouvelle infection, zéro discrimination et zéro décès lié au SIDA ». Pour le président de la Coalition des réseaux et associations burkinabè de lutte contre le VIH/SIDA et la promotion de la santé (CORA), Edouard Diappa, cette rencontre était très attendue par les associations oeuvrant sur le terrain. Pour éradiquer le VIH/SIDA au Burkina Faso d’ici à 2030, comme objectif, il fallait un tel cadre de concertation afin d’exposer les difficultés rencontrées par chaque acteur de la chaîne et accorder les
violons.

Beyon Romain NEBIE
beynebie@gmail.com

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.