Vaccination contre la COVID-19 : une opération « tempête » pour couvrir le territoire

Le ministre de la Santé, Charlemagne Ouédraogo, a lancé, le lundi 2 août 2021, l’opération d’administration de la deuxième dose de vaccin contre la COVID-19 au Centre médical avec antenne chirurgicale (CMA) de Kossodo, dans l’arrondissement 4 de Ouagadougou.

Deux mois après le lancement officiel de la campagne de vaccination contre la COVID-19, le ministre de la Santé, Charlemagne Ouédraogo, a pris sa deuxième dose du vaccin Astra zeneca. Il a donné ainsi le top de départ de l’opération d’administration de la deuxième dose de vaccin contre la COVID-19 au Burkina Faso, au sein du Centre médical avec antenne chirurgicale (CMA) de Kossodo. Il a signifié que cette action vise à marquer l’adhésion du gouvernement à la vaccination et engager la communauté à participer à cette campagne de vaccination contre la pandémie afin d’être protégée. «Nous parlons depuis un moment de réouverture des frontières. Il faudra l’envisager lorsque nous allons atteindre un certain niveau d’immunisation de la population de sorte à éviter la recrudescence de cette maladie avec des formes graves qui pourraient être délétères pour la population », a affirmé le ministre de la Santé. A la date du 2 août 2021, près de 40 000 personnes ont été vaccinées, selon le ministre. Or, l’objectif est d’atteindre 70% de la population. Fort de ce constat, il a aussi annoncé qu’une campagne dénommée :

« tempête » sera engagée dès cette semaine. « Cette campagne vise à rendre le vaccin plus disponible dans plus de 2500 CSPS. Environ 3 000 sites de vaccination seront disponibles. Pour le Centre, nous allons passer de 76 à 400 sites de vaccination pour que le maximum de personnes puisse s’enrôler et pour qu’il n’y ait plus de longues files d’attente dans les sites de vaccination », a ajouté le ministre de la Santé. Outre le vaccin Astra zeneca, Charlemagne Ouédraogo a déclaré que dans les jours à venir d’autres produits dont Johnson & Johnson et Sinopharm ainsi que d’autres vaccins homologués par l’OMS viendront augmenter la gamme de vaccins contre la COVID-19.

« Tous les vaccins qui sont administrés au Burkina sont des vaccins efficaces et nous souhaitons vivement que la population puisse s’engager », a-t-il rassuré. De ce fait, il a invité les populations à se départir de la polémique sur la qualité du vaccin. « Cela n’a rien à voir avec la réalité. Ce sont des fake news et nous n’allons pas faire de mauvais choix pour la population. Si le gouvernement a décidé d’aller vers la vaccination, c’est en toute connaissance de cause et nous avons pris l’engagement de protéger la population contre la morbidité et la mortalité dues à beaucoup de maladies ».

Abdel Aziz NABALOUM

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.