Coopération transfrontalière : les gouverneurs du Liptako-Gourma se concertent

L’Autorité de développement intégré de la région du Liptako-Gourma (ALG) organise, les 11 et 12 août 2021, à Ouagadougou, la troisième rencontre du cadre de concertation des gouverneurs de ses régions frontalières.

Après le Niger et le Mali, c’est le tour du Burkina Faso d’abriter la troisième rencontre du cadre de concertation des gouverneurs des régions frontalières de l’Autorité du Liptako-Gourma (ALG). La cérémonie d’ouverture de cette rencontre, placée sous le thème « Renforcement de la coopération transfrontalière administrative » a eu lieu, le mercredi 11 août 2021 à Ouagadougou. Pour la ministre déléguée auprès du ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation, chargée de la Décentralisation, Madiara Sagnon, la rencontre va permettre de mener des échanges sur les actions menées par l’ALG relativement à la création du cadre de concertation, faire le point sur l’évolution de la situation socio-économique et sécuritaire et aussi informer les participants des actions de stabilisation en cours dans la zones des trois frontières, etc. Elle a par ailleurs indiqué que ce cadre de concertation se tient dans un contexte de crise sécuritaire dans la région du Liptako-Gourma.

« Malgré les efforts fournis par nos Etats membres avec l’appui des partenaires pour faire face à la crise sécuritaire dans la région du Liptako-Gourma, celle-ci persiste et s’aggrave, faisant de cette région, l’épicentre de la crise sécuritaire et de la violence armée dans la bande Sahélo-Saharienne », a-t-elle déploré. Pour la ministre déléguée, il y a lieu d’agir autrement, pour créer un environnement propice à la mise en œuvre d’actions humanitaires d’urgence et de développement à court et moyen terme. Ainsi, elle s’est réjouie des initiatives de stabilisation dans la région du Liptako Gourma en cours dans chacun des Etats membres. A en croire le secrétaire exécutif de l’ALG, Saïdou Oua, l’ALG et le PNUD sont en train de mettre en œuvre un programme de stabilisation dans la région. « Cette stabilisation va se faire selon trois piliers principaux. Le premier, c’est la réhabilitation des infrastructures essentielles et de services sociaux de base. Le deuxième pilier, c’est la sécurité des personnes et leur accès à la justice et le troisième, la revitalisation de l’économie locale », a-t-il précisé. Le représentant du PNUD, Mathieu Ciewlola, tout en soulignant la nécessité de relever ensemble les défis, a réitéré l’engagement du PNUD dans le soutien de la région du Liptako-Gourma.

Wahabou OUBDA (Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.