Commission électorale nationale indépendante : La nouvelle équipe à l’écoute de ses mandants

Les commissaires de l’organe électoral ont sollicité l’appui de des églises et missions évangéliques dans la réussite de leur mission.

Elus le 30 juillet 2021, les nouveaux membres de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), ont entamé une série de rencontres avec les différents acteurs impliqués dans la désignation des membres de la commission. Ces visites de courtoisie les ont conduits, mardi 24 août 2021 à Ouagadougou, à la Fédération des églises et missions évangéliques (FEME), à l’Alliance des partis et formations politiques de la majorité présidentielle (APMP) et au Conseil national des Organisations de la société civile (CN/OSC).

«Il n’y a pas très longtemps que nous avons été mis en place à travers un processus de renouvèlement ayant abouti à la désignation de chacun des commissaires ici présents. Nous avons jugé nécessaire de retourner vers les entités et les composantes qui nous ont désignés pour nous présenter mais aussi recueillir leurs attentes ». C’est en substance, l’objet de la rencontre entre la nouvelle équipe de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), conduite par son président, Elysée Ouédraogo et la Fédération des églises et missions évangéliques (FEME), le mardi 24 août 2021.

Selon le président de la CENI, les attentes de la FEME se résument en quatre points essentiels. Il s’agit de travailler pour l’intérêt général, dans la cohésion, avec plus de professionnalisme dans les différentes opérations électorales afin d’avoir des élections pacifiques.« Ce sont des attentes qui sont importantes et nous en prenons évidemment bonne note », a rassuré le président Ouédraogo. Il a dit avoir demandé à la FEME d’accompagner la nouvelle CENI par ses prières et conseils, à chaque tournant important du processus. Une démarche saluée par le président de la FEME, le pasteur Henri Yé, qui pense qu’après « cette victoire arrachée de haute lutte », la visite de courtoisie est nécessaire pour asseoir les bases d’une collaboration « franche ». « Nous serons toujours à vos côtés », a promis le pasteur Yé.

De l’impartialité

Le président de la CENI, Elysée Ouédraogo (gauche), a exprimé sa satisfaction des échanges avec la FEME.

Après la FEME, l’équipe de la CENI était dans les locaux de l’Alliance des partis et formations politiques de la majorité présidentielle (APMP). « Les partis politiques sont nos premiers partenaires. Nous sommes venus pour recueillir leurs conseils et opinions vis-à-vis de l’institution … pour l’organisation des élections transparentes et crédibles afin que les résultats soient acceptés par tous », a laissé entendre Elysée Ouédraogo, à sa sortie d’audience.Il a poursuivi que la cohésion au sein de l’institution, le professionnalisme et la rigueur dans les opérations électorales et le respect de l’impartialité vis-à-vis des acteurs politiques dans le partage de l’information ont été les attentes de la majorité présidentielle.

Pour sa part, le coordonnateur de l’APMP, Clément Sawadogo, a exprimé son « entière satisfaction » de la visite et de la qualité des échanges. A l’écouter, cette démarche de la nouvelle équipe de la CENI dénote de sa volonté de prendre à bras-le-corps son travail et de produire des résultats en termes d’organisation de bons scrutins et de communication avec l’ensemble des acteurs politiques. Il a réitéré l’engagement de son organisation à accompagner la CENI « de façon sincère et ouverte » pour relever les défis auxquels elle fera face.

Le Conseil national des Organisations de la société civile du Burkina Faso (CNOSC) a constitué la dernière étape des visites de la CENI, le mardi 24 août 2021. Après plus de deux heures d’échanges, Elysée Ouédraogo, a confié que la nouvelle équipe de la commission est allée également se présenter au CNOSC et recueillir ses attentes. Pour lui, les OSC sont des acteurs majeurs des processus électoraux au Burkina Faso. « Nous sommes reconnaissants pour leurs conseils à notre endroit », a-t-il indiqué.

Concernant les attentes du CNOSC, son président, Jonas Hien, a précisé que sa structure a souhaité que l’équipe de la CENI soit soudée et soit celle de la concertation et du dialogue, dans la transparence électorale. Ce, a-t-il expliqué, pour éviter, entre autres, des situations postélectorales déplorables. M. Hien a aussi relevé que le CNOSC attend que la CENI lui donne les informations « à temps » pour qu’il joue son rôle « classique » de relais, d’information et de formation, surtout pour les échéances électorales de 2022. « Si ça marche, c’est notre succès à tous. Mais si ça ne marche pas, la défaite nous incombe en tant qu’OSC », a prévenu M. Hien.

Donald Wendpouiré NIKIEMA

Boukary BONKOUNGOU

Yirinana Serge TAO (Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.