Risques professionnels : La CARFO sensibilise à la prise en charge

Les participants ont prêté une oreille attentive à la communication sur les dispositions de la loi sur la prise en charge des risques professionnels.

A l’occasion de la Ve édition des Cafés RH, la Caisse autonome de retraite des fonctionnaires a donné une communication sur la prise en charge des risques professionnels le vendredi 3 septembre 2021 à Koudougou.

La Caisse autonome de retraite des fonctionnaires (CARFO) a donné une communication sur la loi portant prise en charge des risques professionnels, le vendredi 2 septembre 2021 lors des cafés RH tenus à Koudougou. Elle a été animée par le chef des risques professionnels de la CARFO, François d’Assise Ouattara. Celui-ci a indiqué que le café RH est une tribune que la caisse a saisie pour faire passer un message, compte tenu du public-cible, constitué des gestionnaires des ressources humaines.

Ces gestionnaires qui sont en contact permanent avec l’ensemble des travailleurs sont, selon lui, un canal important en ce sens que ce sont eux qui gèrent les salaires et les aspects sociaux des agents. « S’ils sont sensibilisés et informés des dispositions de la loi pour la prise en charge des risques professionnels, ils permettront à la CARFO de réaliser les missions qui lui sont assignées », a-t-il déclaré.

Ainsi, dans sa communication, il a évoqué les accidents de travail et les maladies professionnelles en expliquant qu’une loi a été votée depuis 2006. Mais la CRAFO s’est rendue compte que plus d’une dizaine d’années après, ils sont encore nombreux les travailleurs qui ignorent l’existence de cette loi, a-t-il déploré. Selon le communicateur, l’accident de travail se définit comme un accident arrivé par le fait ou lors du service qu’il y ait ou non faute de la part du travailleur. « A titre d’exemple, un agent qui brûle un feu en se rendant au service et que survient un accident malgré l’infraction dont il est coupable, la loi prévoit qu’il soit pris en charge », a-t-il illustré en précisant que ce n’est pas pour encourager les gens à « brûler les feux ! ».

Cette prise en charge a fait savoir M. Ouattara, couvre tous les soins nécessaires exigés par le cas du malade et après sa guérison, s’il y a des séquelles, les textes prévoient une indemnisation. Quant à la maladie professionnelle, elle est celle que l’on contracte à cause de l’exposition à un certain nombre de facteurs à risques. « Dans ce cas, c’est le médecin qui peut attester que la pathologie développée par tel ou tel agent est en lien avec son travail. Lorsqu’il se rend à la CARFO avec cette déclaration du médecin traitant, le travailleur est pris en charge par la caisse », a informé le responsable en charge des risques professionnels à la CARFO.

« Inverser la tendance »

Le communicateur François d’Assise Ouattara : « Café RH est une tribune que la CARFO a saisi pour passer un message de sensibilisation».

De son avis, à l’issue de cette rencontre avec les gestionnaires des ressources humaines, les responsables de la caisse attendent que les messages soient répercutés dans leurs administrations respectives afin que le grand nombre de travailleurs soient informés des dispositions de cette loi ainsi que de ces avantages. Parce que, a-t-il dit, de façon empirique et sur la base des dossiers que la CARFO reçoit, beaucoup de travailleurs sont encore dans l’ignorance de ces textes et la tendance doit être inversée.

Pour le communicateur, les GRH sont des intermédiaires entre l’employeur et les travailleurs ; au-delà de partager l’information avec les agents, ils seront désormais à mesure de conseiller un agent victime d’accident de travail ou de maladie professionnelle par rapport à la conduite à tenir. « Mieux, ils aideront les travailleurs à éviter un certain nombre de risques dans l’exercice de leur profession puisqu’ils sont eux-mêmes bien éclairés sur bien d’aspects sur la question », s’est-il réjoui.

François d’Assise Ouattara a terminé sa communication par des conseils sur le comportement au travail afin d’améliorer les relations avec la machine et le milieu, en vue d’accroître les rendements. Selon le coordonnateur de Café RH, Dr Claude Aimé Tassembédo, l’idée de Café RH est un cadre d’échanges avec les personnels en charge de la gestion des ressources humaines dans les administrations.

Elle connait aussi bien la participation des professionnels que des apprenants (étudiants en GRH). « Cela permet aux apprenants qui sont aux portes de l’emploi de renforcer leurs compétences et aux éventuels recruteurs (professionnels) de contribuer à la formation et à l’encadrement de la jeunesse qui aspire à l’emploi des GRH », a-t-il signifié. La communication de la CARFO participe à l’atteinte des objectifs de cette activité qui se tient chaque année avec pour ambition la valorisation du capital humain.

Beyon Romain NEBIE

beynebie@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.