Déplacés internes au Burkina : Plus de 1 million 400 mille au 31 août 2021

La ministre en charge de l’action humanitaire, Laurence Ilboudo : « Je ne fais pas de la politique dans l’humanitaire ».

La ministre de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire, Laurence Ilboudo/Marchal, a animé une conférence de presse, le lundi 13 septembre, à Ouagadougou. Face aux hommes des médias, elle a donné des précisions sur les questions relatives à la situation humanitaire au Burkina Faso.

La courbe des Personnes déplacées internes (PDI) s’accroît de jour en jour avec la recrudescence des attaques terroristes. Selon la ministre de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire, Laurence Ilboudo, le Burkina Faso enregistre, à la date du 31 août dernier, 1 423 378 PDI. Elle a donné l’information au cours du traditionnel point de presse du gouvernement, le lundi 13 septembre 2021, à Ouagadougou. A en croire Mme Ilboudo, les déplacés internes sont accueillis dans 274 communes réparties dans toutes les régions du pays.

Face aux hommes des médias dont leurs questions ont porté essentiellement sur la prise en charge de ces personnes victimes des attaques terroristes, elle a rassuré qu’avec l’appui des partenaires au développement opérant au Burkina, son département arrive à accompagner les PDI sur le plan psychosocial à travers des dotations en vivres et en matériel de survie. « 1 313 769 personnes déplacées internes et populations vulnérables ont bénéficié d’une assistance alimentaire de 38 000 tonnes dans toutes les 13 régions du pays. Une priorité a été accordée aux régions à forts défis sécuritaires dont le Centre-Nord, l’Est, le Nord et le Sahel », a-t-elle soutenu.

Les journalistes invités à vérifier l’information

Outre cet appui alimentaire, la ministre a indiqué que des forages « fonctionnels », des kits d’articles de ménages, de protection anti COVID-19, un transfert monétaire, etc. sont, entre autres, efforts « fournis » à l’endroit des personnes ayant fui les attaques terroristes. Pour la ministre, des difficultés ne manquent pas dans la gestion de cette situation humanitaire. A écouter Laurence Ilboudo, l’augmentation des besoins d’assistance alimentaire, l’accès quasi- impossible par la route pour apporter l’assistance aux PDI et aux populations- hôtes en détresse sont autant de problèmes rencontrés par les organismes humanitaires.

Malgré tout, a-t-elle poursuivi, son département projette accroître les stocks humanitaires (vivres et matériels de survie) en mettant à jour la liste des PDI et en octroyant à chaque ménage une carte d’identification. Les journalistes ont profité de l’occasion pour en savoir davantage sur les informations relayées par certains médias sur les femmes déplacées internes victimes de chantage du « sexe contre nourriture ». Frustrée contre ces fausses déclarations, la ministre de la Femme a invité les journalistes à la vérification des informations avant toute publication.

« Nos services sont disponibles pour répondre à toutes vos questions. Vous avez le droit de protéger vos sources. Mais, ce n’est pas pour cela que vous allez faire passer des informations pour détruire des familles. Vous accusez sans demander ce qui se passe ! », s’est-elle insurgée. A la question de savoir, si elle fait confiance à ses agents sur le terrain, la ministre s’est dit fière de ses travailleurs pour leur discipline, car, ils œuvrent de leur mieux pour accompagner les PDI.

Oumarou RABO

Claudine Tiemtoré (Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.