Corridor Lomé-Ouagadougou-Niamey : 145 milliards F CFA pour lancer les travaux

Le Burkina Faso bénéficie d’un financement de 145 milliards FCFA de la Banque mondiale en vue de lancer les travaux du corridor Lomé-Ouagadougou-Niamey. La signature de la convention de financement a eu lieu le 29 septembre 2021 à Ouagadougou.

Le Burkina Faso peut engager les travaux de construction du corridor économique Lomé-Ouagadougou-Niamey. Il s’agit notamment de la mise en place d’un corridor dit intelligent, piloté par le déploiement d’un système intégré d’informations sur les transports, l’amélioration des installations de passage des frontières, des processus et des procédures de transit au niveau des frontières entre le Burkina Faso, le Togo et le Niger et l’amélioration des routes de desserte autour du corridor avec la réhabilitation de la Route nationale n°17 et des routes régionales 32 et 06. Le 29 septembre 2021, le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Lassané Kaboré et la représentante-résidente de la Banque mondiale, Aminata M’Bow Fam, ont signé un accord de financement d’un montant de 145 milliards F CFA.

Composé de moitié d’un don et de l’autre d’un prêt, cette enveloppe va permettre de réduire le coût mais aussi le temps du transport entre Ouagadougou et Lomé ou Ouagadougou et Niamey. Il va aussi faciliter le transit des voyageurs en provenance de Niamey qui souhaitent se rendre à Lomé. « C’est un projet qui vise l’amélioration du service de transport, le long du corridor, car le transport est un élément essentiel pour construire une économie durable», a expliqué le ministre des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière, Vincent T. Dabilgou. Son département et celui des infrastructures, piloté par Eric Bougma sont tous les deux concernés par la mise en œuvre du projet au Burkina Faso. Le ministre Dabilgou a également affirmé l’engagement du gouvernement à œuvrer pour que le projet s’exécute dans les meilleurs délais avec des infrastructures de qualité. « Sur ce projet, il y a 3 pays qui sont en compétition et nous avons pu avoir la plus grande partie. Nous allons montrer que notre pays peut sortir avec une capacité d’absorption de réalisation des infrastructures à la hauteur de l’importance du projet », a-t-il poursuivi.

La représentante-résidente de la Banque mondiale, Aminata M’ Bow Fam, a rappelé que le montant global du projet régional sur le corridor économique Lomé-Ouagadougou-Niamey est 470 millions de dollars. « Avec 55% de l’enveloppe, le Burkina Faso se taille la part du lion », a-t-elle poursuivi. Selon elle, la Banque mondiale considère le corridor Lomé-Ouaga-Niamey comme un axe stratégique pour le développement du Burkina, car 40% des volumes d’importations y transitent. «En outre, 21% de la population du Burkina Faso vit le long de ce corridor et les activités économiques qui y sont menées contribuent à environ 40% du produit intérieur brut », a-t-elle ajouté.

Nadège YE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.