Philippe-Zinda-Kaboré : Un lycée scientifique d’excellence à partir de l’année scolaire 2022-2023

Le ministre Stanislas Ouaro : « L’éducation est le socle de tout développement. De sa qualité émerge des citoyens, porteurs de progrès ».

Les ministères en charge de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur, ont procédé au lancement de la rentrée scolaire et universitaire 2021-2022 le vendredi 1er octobre 2021, à Gaoua dans la région du Sud-Ouest.

Les scolaires et étudiants burkinabè ont officiellement repris le chemin de l’école ce vendredi 1er octobre 2021. La cérémonie de lancement de la rentrée s’est déroulée ce même jour à Gaoua, sous le copatronage du ministre en charge de l’éducation nationale, Pr Stanislas Ouaro et son collègue de l’enseignement supérieur, Pr Alkassoum Maïga.

Le thème retenu pour cette rentrée est « Engagement pour une meilleure gouvernance du secteur de l’éducation dans un contexte de crises économique, sociale, sanitaire et sécuritaire : gage d’un système éducatif résilient et performant ». La cérémonie de lancement de la rentrée a été une occasion pour le ministre Ouaro de faire une rétrospective de l’année écoulée et de dresser les défis et les perspectives de la nouvelle année.

En dépit des crises sanitaire, sécuritaire et sociale, le système éducatif burkinabè a enregistré des acquis notables, s’est-il félicité. Entre autres acquis, 207 salles de classe ont été réalisées au préscolaire et au primaire, 12 Collèges d’enseignement général (CEG) ont et été réalisés, 17 ont été érigés en lycées et 48 classes supplémentaires se sont ajoutées au postprimaire. Dans le cadre de la mise en œuvre de la Stratégie nationale de l’éducation en situation d’urgence, 260 classes préfabriquées, 164 classes complémentaires et plus de 120 000 kits scolaires ont été prévus pour faciliter l’accueil des élèves déplacés internes et la réouverture des établissements fermés.

Travailler dans la discipline

Le représentant des parents d’élèves du Sud-Ouest, André Dabiré : « Nous marquons notre pleine adhésion aux réformes opérées dans le département de l’éducation ».

Toujours dans le registre des infrastructures, le ministre en charge de l’éducation nationale a fait une confidence. Il a indiqué que le gouvernement travaillera à la réhabilitation du lycée « Philippe-Zinda- Kaboré », qui deviendra un lycée scientifique d’excellence avec internat pour l’année scolaire 2022-2023. Et d’ajouter que des évaluations seront prochainement faites pour la réhabilitation des plus anciens lycées de chaque chef-lieu de région. Concernant les résultats aux différents examens scolaires de la session dernière, ils sont en légère baisse comparativement aux résultats de 2020.

C’est le cas du Certificat d’études primaires (CEP) qui a enregistré 59,34 % en 2021 contre 66,06% en 2020, le Brevet d’études du premier cycle (BEPC), 27,84% en 2021 contre 36,48% en 2020, et le Baccalauréat, 38,20 % contre 39,35 %. L’impact de la situation sécuritaire sur l’éducation n’est pas passé sous silence, en ce premier jour de la rentrée 2021-2022. La dernière situation datant du 28 mai 2021, a précisé Stanislas Ouaro, faisait état de 2 244 écoles fermées du fait de l’insécurité, soit 10,85% des établissements scolaires, avec 304 567 élèves et 12 480 enseignants affectés.

Des établissements de deux nouvelles régions, celles des Cascades et du Sud-Ouest, sont sous menace de la fermeture. C’est le lieu pour M. Ouaro de promettre aux populations de ces régions et partant, de toutes les régions atteintes, que le gouvernement est déterminé à ramener dans les plus brefs délais tous les élèves affectés par la crise à l’école. Au niveau de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation également, des efforts notables ont été fournis au cours de ces dernières années.

Des efforts qui ont permis, comme l’a confié le ministre de l’Education, de réduire considérablement les retards dans sept (7) Institutions publiques d’enseignement supérieur et de recherche. « Au nombre de ces efforts, nous pouvons citer l’opérationnalisation du programme, un étudiant, un ordinateur qui a permis l’acquisition de 8 000 ordinateurs au profit des étudiants du cycle licence », a soutenu Stanislas Ouaro.

Les élèves et les étudiants du Sud-Ouest, par leur représentante, Stéphanie Kambou, a promis aux autorités de l’éducation, de travailler « dans un climat de discipline, de civisme et de citoyenneté » avant de solliciter plus d’enseignants et plus d’infrastructures scolaires pour la région. Quant au représentant de la coordination régionale de l’association des parents d’élèves, André Dabiré, il a remercié les deux ministères de l’Education pour leur engagement à offrir aux enfants une éducation de qualité. « Nous marquons notre pleine adhésion aux réformes opérées dans le département de l’éducation », a affirmé M. Dabiré.

Alpha Sékou BARRY

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.