Lutte contre l’insécurité : Les députés du parti au pouvoir s’interrogent sur leur contribution

Le président du groupe parlementaire MPP, Alexandre Tapsoba, s’est dit satisfait de la tenue des premières journées parlementaires à Banfora

Les députés du groupe Parlementaire Mouvement du peuple pour le Progrès (GP/MPP), parti au pouvoir, ont tenu leurs premières journées parlementaires de l’année 2021 à Banfora dans la région des Cascades. C’était du 30 septembre au 3 octobre 2021 sous le thème « La résilience des populations burkinabè dans le contexte d’insécurité : quelle contribution du Groupe parlementaire MPP ? ». La cérémonie d’ouverture des travaux a connu la présence du président de l’Assemblée nationale, par ailleurs nouvellement porté à la présidence du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP).

Ces premières journées parlementaires des députés du parti au pouvoir, Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), se sont tenues sous le thème « la résilience des populations burkinabè dans le contexte d’insécurité : quelle contribution du Groupe parlementaire MPP ? ». L’objectif recherché de ces journées, aux dires du président du groupe parlementaire Mouvement du peuple pour le progrès (GP/MPP), Alexandre Tapsoba, est de renforcer la résilience des populations contre les terroristes, car a-t-il dit, « elles (les populations ndlr) ne peuvent plus continuer de fuir et d’abandonner leurs terres et leurs cheptels au profit des envahisseurs ». Pour ce faire, M. Tapsoba estime qu’il est impératif de trouver les voies et moyens pour permettre aux populations d’assurer leur propre sécurité avec l’appui des Forces de défense et de sécurité (FDS).

Ces premières journées parlementaires du MPP ont connu la présence de plusieurs autres groupes parlementaires. Il s’est agi des groupes parlementaires, le Nouveau temps pour la démocratie (NTD), le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), l’Union pour le progrès et le changement (UPC), le Rassemblement pour la démocratie et la jeunesse (RDJ), et le groupe Paix, justice et réconciliation nationale (PJRN). Pour Dari Somé n°1, porte-parole du groupe CDP, le thème choisi par le groupe MPP est d’actualité et interpelle, a-t-il dit, la conscience populaire.

S’adressant à ses collègues du MPP, il dira que ce choix affiche leur ferme volonté d’affronter les vrais problèmes de l’insécurité du Burkina. « Pour une fois, nous sommes forcés d’admettre en tant que parti d’opposition, que cette génération de députés du parti majoritaire, se refuse à fermer les yeux comme fait la gueule tapée devant le danger », a déclaré Dari Somé n°1, représentant du parti du Chef de file de l’opposition burkinabè. « Accepter de traiter de ce sujet publiquement, a poursuivi M. Somé, c’est admettre enfin, avec toute l’humilité, que notre pays a mal à sa sécurité et que chaque Burkinabè doit s’y mettre et doit surtout être résilient ».

Le groupe MPP dit attendre avec la grande impatience des propositions «lumineuses » au sortir de leurs travaux. Lesquelles propositions, a supposé Dari Somé n°1, impliqueront l’ensemble des élus de la VIIIe législature au renforcement de cette résilience pour « tenir en échec les forces du mal dont l’objectif premier semble être de traumatiser et de saper le moral du Burkinabè ». Ces journées ont été l’occasion de féliciter Alassane Bala Sakandé, porté à la tête du parti majoritaire à l’issue du deuxième congrès extraordinaire tenu du 24 au 26 septembre 2021 à Ouagadougou. Les députés ont aussi rendu hommage à Simon Compaoré, président sorti du MPP, qui, sous son règne, a permis au MPP de remporter d’importantes victoires.

Mamadou YERE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.