Forum national des Jeunes 2021 : impliquer la jeunesse dans le processus de réconciliation nationale

Le forum national des Jeunes s’est ouvert, le jeudi 7 octobre 2021, à Koudougou sous le thème : « Réconciliation nationale au Burkina Faso : Rôle et place de la jeunesse ». Plus de 700 jeunes venus des quatre coins du pays prennent part à cette rencontre qui connaîtra des échanges directs avec le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré.

Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré a présidé l’ouverture des travaux du forum.

Plus de 700 jeunes issus des 45 provinces du pays sont réunis à Koudougou pour trois jours de réflexions et d’interrogations sur leur contribution au processus de réconciliation en cours au Burkina Faso. C’est à la faveur du forum national des Jeunes dont l’ouverture des travaux présidée par le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré a eu lieu le jeudi 7 octobre 2021 dans la cité du Cavalier rouge. Le ministre de la Jeunesse, de la Promotion de l’entrepreneuriat et de l’Emploi, Salifo Tiemtoré, a salué la mobilisation des Jeunes qui témoigne, selon lui, de l’intérêt accordé à ce rendez-vous. Le chef du gouvernement a indiqué que le forum des jeunes est une tribune par excellence de dialogue et de communion avec la vaillante et dynamique jeunesse burkinabè. « Le dialogue direct que vous aurez avec le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, sur les diverses préoccupations de la jeunesse constitue une véritable opportunité d’apporter votre participation au développement du pays et à l’édification de la nation » a-t-il fait savoir. D’ores et déjà, a ajouté le chef du gouvernement, je puis vous assurer que la jeunesse est au cœur de la politique volontariste du chef de l’Etat que nous mettons en œuvre pour votre plein épanouissement.

Le PAN Alassane Sakandé, parrain : « Toute réconcilia-tion pensée et mise en place sans implication des jeunes n’est que leurre et perte de temps».

La tenue du présent forum, a insisté Christophe Dabiré, démontre la volonté du gouvernement de faire de la jeunesse le levier du développement. Il a, par ailleurs, invité les jeunes à prendre en main leur destin pour, a-t-il dit, ne point être des spectateurs passifs du développement du pays mais plutôt des acteurs d’un changement qualitatif pour les communautés. Le parrain de l’événement, le Président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, dès l’entame de son intervention, a rendu hommage aux Forces de défense et de sécurité (FDS) à la suite de la récente attaque du détachement militaire de Yirgou ayant fait 14 morts dans les rangs des FDS. Axant son discours sur la situation sécuritaire il a dit vouloir sonner le rassemblement et éveiller la fibre patriotique contre l’ennemi.

Faire face à l’hydre terroriste

« Cette guerre est déclarée contre notre peuple, c’est à notre peuple que revient la première responsabilité de la mener et de la gagner » a-t-il laissé entendre. Et Bala Sakandé de poursuivre citant le capitaine Thomas Sankara en ces termes : « Un peuple conscient ne saurait confier la défense de sa patrie à un groupe d’hommes quelles que soient leurs compétences. Les peuples conscients assument eux-mêmes la défense de leur patrie ». Sur la contribution de la jeunesse au développement et à la réconciliation, le PAN s’en est dit convaincu. « Toute réconciliation qui se pense et se met en place sans l’implication des jeunes et leur adhésion n’est que leurre, perte de temps et de ressources », a-t-il déclaré ajoutant que c’est l’occasion pour eux de mettre en exergue leurs solutions pour une réconciliation inclusive et durable.

Pour le ministre en charge de la jeunesse, Salifo Tiemtoré, la mobilisation des jeunes témoigne de l’intérêt du forum.

Pour le Président du Conseil national des jeunes, Moumouni Dialla, vu le poids numérique des jeunes, il est d’une nécessité de les associer au processus. Il a saisi l’occasion pour interpeller le gouvernement sur la nécessité de diversifier la coopération militaire afin de faire face à l’hydre terroriste. Il a aussi plaidé pour plus d’accès des jeunes aux instances de décisions. Au nom des Partenaires techniques et financiers (PTF) la Représentante du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) a salué la jeunesse burkinabè qui fait preuve, selon elle, de résilience. Elle a souhaité que les jeunes soient davantage associés dans toutes les démarches. Car, ce sont eux les bâtisseurs de demain et les acteurs de la paix d’aujourd’hui. Auparavant la gouverneure du Centre-Ouest, Irène Coulibaly, a souhaité la bienvenue aux participants et salué le choix de sa région pour abriter la rencontre.

Beyon Romain NEBIE

Honorine NIKIEMA (Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.