Chambre nationale d’agriculture : Le foncier au cœur des préoccupations des élus consulaires

Pour son effort de guerre, la CNA a remis une tonne de riz aux FDS pour les soutenir dans le combat contre le terrorisme.

La Chambre nationale d’agriculture (CNA) a organisé la première session de son assemblée ordinaire du mardi 12 au jeudi 14 octobre 2021 à Banfora, sous le thème « Foncier rural : rôles et responsabilités des Chambres d’agriculture dans la sécurisation des exploitations agro-sylvo-pastorales, halieutiques et fauniques (ASPHF) ».

Les élus consulaires de la Chambre nationale d’agriculture (CNA) sont préoccupés par les questions du foncier rural, de l’enregistrement des exploitations Agro-sylvo-pastorales, halieutiques et fauniques (ASPHF), de l’établissement des cartes professionnelles aux exploitants et de la valorisation des acquis du projet Neertamba. Ces sujets étaient au menu de la première session de l’assemblée ordinaire de la Chambre nationale d’agriculture (CNA), du 12 au 14 octobre 2021, à Banfora.

Pour le président de la CNA, Moussa Koné, l’acuité de la problématique du foncier, ajoutée aux effets des changements climatiques, aux crises sécuritaire et sanitaire, viennent précariser davantage les producteurs du Burkina Faso. « C’est pourquoi, il est plus qu’impératif que des actions idoines, urgentes et fortes soient engagées aussi bien par l’Etat que par les acteurs du monde rural à travers les Chambres d’agriculture », a-t-il estimé.

Le choix du thème « Foncier rural : rôles et responsabilités des Chambres d’agriculture dans la sécurisation des exploitations agro-sylvo-pastorales, halieutiques et fauniques (ASPHF) » pour cette session de l’assemblée consulaire de l’année 2021, selon le président Koné, devra permettre aux élus de faire un état des lieux de la question du foncier rural et formuler des recommandations « pertinentes » afin d’apporter des contributions au processus de réformes en cours. « C’est l’occasion d’accentuer les actions d’interpellation et de plaidoyer pour la sécurisation des exploitations ASPHF et du foncier rural », a laissé entendre M. Koné.

Pour sa part, le secrétaire général de la région des Cascades, Michara Mahamad, a signifié que les secteurs agro-sylvo-pastoraux, halieutiques et fauniques participent efficacement au développement économique. « Il faut que les problèmes d’accessibilité à la terre et de sa sécurisation soient résolus », a-t-il laissé entendre. Les élus consulaires de la CNA ont saisi l’opportunité de cette première session de l’assemblée ordinaire pour reconnaitre les efforts du président de la Confédération paysanne du Faso, Bassiakia Dao, en faveur du monde paysan.

Une attestation de reconnaissance lui a été décernée à cet effet. En guise de soutien aux Forces de défense et de sécurité (FDS) dans leur combat contre le terrorisme, la CNA a offert une tonne de riz et un taureau comme leur participation à l’effort de guerre. Elle a aussi réitéré la reconnaissance des producteurs au gouvernement pour les appuis en faveur du monde rural.

Mamadou YERE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.