FESPACO 2021 : La France et l’Allemagne pimentent leur participation

L’ambassadeur de France au Burkina Faso, Luc Hallade en partenariat avec son homologue de la République fédérale d’Allemagne, Andreas Michael Pfaffernoschke, a offert un cocktail à des participants de la 27e édition du Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou, le jeudi 21 octobre 2021 en la résidence de France.

Les participants à la 27e édition du Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou (FSPACO) étaient à l’honneur le jeudi 21 octobre 2021. En effet, l’ambassadeur de France au Burkina Faso, Luc Hallade et son homologue de la République fédérale d’Allemagne, Andreas Michael Pfaffernoschke, leur ont déroulé le tapis rouge à travers un cocktail. Il s’agit d’acteurs, de producteurs, de réalisateurs, d’hommes du 7e art et des responsables d’institution. Pour l’ambassadeur de France, Luc Hallade, cette co-organisation avec la représentation allemande vise à montrer que sur le plan européen, ils sont collectivement engagés à soutenir ce FESPACO.

« Le FESPACO c’est une histoire extraordinaire de plus de cinquante ans d’un festival qui a une notoriété au-delà du continent et l’idée, c’est de montrer que nous sommes ensemble pour soutenir une respiration culturelle essentielle dans le cadre d’un pays qui, manifestement, souffre », a indiqué l’ambassadeur Hallade. Il a félicité les organisateurs pour avoir réussi le pari de l’organisation de cette 27e édition. « C’est important de montrer que malgré la situation que connait le Burkina Faso, notamment la COVID, le problème sécuritaire, on est encore capable de montrer qu’il y a autre chose que cela, qu’il y a des occasions de rencontres culturelles, d’amitié, de retrouvailles entre professionnels du cinéma », a-t-il souligné. Pour lui, le Burkina Faso est un pays très créatif sur le plan culturel, et il n’est pas question de se laisser décourager par les images dont nous « arrosent » les médias. « C’est vrai que le terrorisme est là, mais il y a encore cette capacité à créer et à regrouper les gens autour d’œuvres artistiques et cette soirée n’aurait pas eu lieu s’il n’y avait pas autant d’artistes burkinabè engagés qui, eux-mêmes, pour ce discours de résilience, de lutte contre l’intolérance ou le terrorisme écrivent des textes forts de réconciliation et de paix », a-t-il fait remarquer. Et pour cette édition, la France a mis les petits plats dans les grands pour qu’elle soit une réussite.

Transcender les mésententes

Selon son représentant, le soutien de son pays est multiforme. « Il l’est d’abord en termes de possibilité logistique, de présentation de films à l’Institut français, d’accueil des différents séminaires et de rencontres qui ont eu lieu entre les professionnels du cinéma, mais aussi à travers l’appui de TV5 Monde, de CFI, de France 24. Bref, tous les organismes français qui de près ou de loin s’intéressent au cinéma soutiennent le FESPACO », a relaté M. l’ambassadeur. L’ambassadeur de la république d’Allemagne Andreas Michael Pfaffernoschke a laissé entendre au cours de la soirée qu’entre son pays et la France, c’est une histoire faite de douleur, mais aussi, de réconciliation grâce à une volonté politique forte.

« Aujourd’hui si la France et l’Allemagne sont devenues le cœur de l’Europe, c’est parce qu’ils ont su surmonter leurs différends et c’est un accomplissement merveilleux qu’il convient de défendre absolument », a dit l’ambassadeur Pfaffernosechke. Il s’est aussi réjoui de la tenue de cette 27e édition du FESPACO qui, en plus d’être une vitrine du cinéma africain, est également une occasion de regarder des films extraordinaires et de nouer des contacts avec les réseaux culturels. « Je suis heureux que de nombreux enthousiastes et cinéastes du monde soient rassemblés à Ouagadougou », a-t-il relevé. Et pour son premier FESPACO en terre libre du Burkina, le représentant allemand a salué la qualité des films et le professionnalisme des réalisateurs et réalisatrices du continent. Revenant sur la coopération bilatérale entre le Burkina Faso et l’Allemagne, Pfaffernosechke a fait savoir qu’elle était excellente, en témoigne la présence au pays des Hommes intègres de nombreux réalisateurs (trices) allemands à cette biennale du cinéma africain. Au cours de cette soirée, les convives ont eu droit à une présentation de « Cinidb africa », une plateforme de mise en réseau entre les professionnels du cinéma.

Donald Wendpouiré NIKIEMA tousunis.do@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.