Lutte contre la filariose lymphatique : La IIIe enquête d’évaluation lancée

Le DRS du Centre-Nord, Anicet Poda testant Sawadogo Sita.

Le ministère de la Santé a officiellement lancé, le vendredi 29 octobre 2021 à Séra, commune de Boussouma, l’enquête d’évaluation de la Transmission de la filariose lymphatique post arrêt du traitement de masse, dénommée : « TAS 3 2021 ».

La IIIe enquête d’évaluation de la Transmission de la filariose lymphatique post arrêt du traitement de masse (TAS 3 2021) se tient, du 29 octobre au 7 novembre 2021, dans 7 districts sanitaires de 5 régions du Burkina. Il s’agit des districts sanitaires de Boromo et Dédougou (Boucle du Mouhoun), Léo et Sapouy (Centre-Ouest), Zabré (Centre-Est) et Dano (Sud-Ouest) et Boussouma (Centre-Nord) qui avaient passé avec «succès» l’évaluation TAS 2 en 2018.

La cérémonie de lancement officiel de TAS 3 2021 a eu lieu, le vendredi 29 octobre 2021, dans le village de Séra, commune de Boussouma. Selon la cheffe d’unité de l’élimination de la Filariose lymphatique (FL) par intérim au Programme national de lutte contre les maladies tropicales négligées (PNMTN), Catherine Kabré, la taille de l’échantillon pour la FL par unité d’évaluation varie de 1 540 à 1556 enfants de 6 à 7 ans résidant dans 30 zones de dénombrement sélectionnées de façon aléatoire avec un seuil critique de 18 positifs.

A l’entendre, la mise en œuvre de ces enquêtes est supportée par l’USAID dans le cadre du programme Act to End NTD’s|West mis en œuvre par l’ONG Helen Keller international. De ce fait, Mme Kabré a traduit toute sa reconnaissance à l’endroit de ces Partenaires techniques et financiers (PTF). « Le Filariasis Test Strip (FTS) sera comme outil diagnostic du test recommandé pour détecter la FL et le résultat du test est attendu au bout de 10 mn », a signifié Catherine Kabré.

A ses dires, ces 7 districts sanitaires suscités ont déjà fait l’objet des campagnes annuelles de Traitement de masse (TDM) avec la combinaison thérapeutique ivermectine (150-200ug/kg) plus albendazole (400mg) qui ont permis d’interrompre la transmission de la maladie dans ces localités. 1

4 cas d’hydrocèle

Les autorités régionales ont invité les parents à conduire leurs progénitures pour la réussite de la TAS 3 2021.

« La mise en œuvre de ces TDM contre la FL a débuté, au Burkina Faso, en 2001, et a permis d’interrompre la transmission de la maladie dans 62 districts sanitaires sur les 70 que compte le pays», a renchéri le coordinateur régional de l’enquête, par ailleurs Directeur régional de la Santé (DRS) du Centre-Nord, Anicet Poda.

Pour lui, ces enquêtes, troisième du genre, permettront d’évaluer le niveau actuel de la prévalence de la FL et de confirmer le maintien de l’interruption de la transmission. Selon les explications de M. Poda, la FL est une maladie parasitaire qui menace plus de 863 millions de personnes dans 72 pays du monde en 2020 (OMS 2021) et qui est transmise par le moustique. « Ces principales complications sont l’hydrocèle (grosse bourse) et lymphœdème (gros pied) », a-t-il ajouté.

A l’issue de ces enquêtes, pour les cas positifs, deux stratégies majeures ont été mises en œuvre dans le cadre de l’élimination de la FL. Pour Anicet Poda, il s’agit de l’interruption de la transmission et la prise en charge de la morbidité et prévention de l’invalidité. « Les activités du volet interruption de la transmission se déroulent sous forme de TDM à base communautaire avec la combinaison thérapeutique ivermectine (150-200ug/kg) plus albendazole (400mg) par administrés aux populations à risque pendant 5 à 6 ans », a rassuré le DRS Poda.

Pour le cas spécifique du DS de Boussouma, en 2021, 14 cas d’hydrocèle (grosse bourse) ont été opérés. « Ce qui signifie que nous avons encore des complications de cette maladie dans ce district », a-t-il déploré. La TAS3 2021 a été lancée par le haut-commissaire du Sanmatenga, Auguste Kinda, suivi de test sanguin de 3 enfants du village de Séra. Les résultats de Sita Sawadogo, Allasane Sawadogo et Koulsom Sawadogo ont été négatifs. M. Kinda a invité les populations, des 30 villages des 3 communes touchées (Korsimoro, Boussouma et Kaya), concernés à faciliter l’enquête en conduisant leurs enfants pour les tests.

Emil Abdoul Razak SEGDA

Segda9emil@gmail.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.